Kage Shinobi no RPG

~ La fin d'une génération prépare le début de la suivante... dominée par les conflits et par la guerre... ~
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kurushimeru Gaiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Kurushimeru Gaiden   Ven 17 Avr - 23:56

preuve pour Knk Maga powa x)

Nom :
Kurushimeru

Prénom :
Gaiden

Age :
28 ans

Sexe :
Masculin

Âge :
Physiquement il semble avoir entre 25 et 28 ans.

Taille :
Il doit mesurer entre 1,80 m et 1,85 m.

Poids : Environ 75 kilos.

Groupe sanguin :
A

Rhésus :
Positif

Affinité :
Katon ascendant Doton

Grade :
Bras droit du Mizukage

Village :
Kiri No Sato

Description physique :

La première chose qui nous frappe chez ce jeune homme est la couleur de ses cheveux. En effet, malgré son jeune âge (28 ans), ses cheveux se dégradent du gris clair au blanc cassé. Il semblerait qu'il possède cette anomalie depuis sa naissance et que cela fut le fruit de nombreuses questions de la part des enfants avec qui il fut. Souvent cela lui a provoqué quelques altercations, sans grandes conséquences. Lorsqu'on le voit pour la première fois, les gens sont souvent surpris, et il attire facilement le regard d'autrui. Cela a également pour conséquence une accentuation de son charisme naturel. Afin d'attiser sa présence, Gaiden a laissé ses cheveux poussés jusqu'à ce qu'ils tombent au niveau de son cou. Enfin, il a placé une mèche près de ses yeux, d'un vert profond, provoquant une glaciation de tous ceux qui croisent sa route, et encore plus son regard.

Son regard, venons en. N'ayant, et n'ayant jamais eu, de problèmes visuels, le jeune homme ne protège pas ses yeux au moyen d'un quelconque artifice. D'une couleur que rare personnes possèdent, et qu'encore moins ont vu, ses yeux d'un vert étrange semble parfois virer au noir lors d'étranges évènements. Mais au delà de son simple regard, c'est son expression faciale qui tend à glacer le sang de tous ceux qu'il regarde. En effet, ses paupières à moitié fermées en permanence, il n'en est pas moins totalement réactif à tout ce qui l'entoure, et témoigne des réflexes assez impressionnants lorsqu'un objet ou une personne tombe à proximité de lui.

Son nez fin, surplombant une fine bouche à la dentition parfaite donne des traits féminins à ce jeune prodige, le tout accentué par une mâchoire peu développée. L'ensemble s'accorde néanmoins dans une parfaite harmonie équilibrée, et nul ne doute de la masculinité du jeune homme malgré cette description. Toutefois, sa taille, sa corpulence et sa carrure témoigne néanmoins d'une réelle masculinité.

Ayant hérité de la taille assez imposante de son côté paternel, c'est du haut de ses 185 centimètres que Gaiden a dominé sa promotion de Genin. Plutôt sportif, sa façon plutôt "médical" de s'habiller trompe néanmoins celui qui le regarde, puisqu'il apparaît filiforme. Ayant été un sportif assez important dans le tournoi universitaire (il a remporté trois fois le championnat général) , il a su conservé un physique à son avantage, étant même idolâtré par certaines jeunes filles pendant ses études. En ce qui concerne sa pilosité, son génome a été influencé par celui de sa mère. En effet, étant Sunienne d'origine, il a un naturel teint mat, et un grain de peau quasiment parfait : pas besoin d'hydratation, ni de gommage. Par ailleurs il se rase tout les matins, afin d'avoir une peau douce en permanence, obsession qu'il a également obtenue de sa mère.

Sa démarche est pareille à sa voix : plutôt sûre, monocorde, et assez imposante. Cette démarche unique lui permet d'être reconnaissable à ses pas assez lourds parfois, mais pourtant qui sait imposer la terreur de ceux qui y sont habitué. Sa voix, lorsqu'elle se fait entendre, suffit à elle seule à imposer le silence dans une salle bondée et bruyante sans qu'il ne l'élève davantage que nécessaire. Ajouté à cela une odeur très légèrement parfumé qui envoûte très souvent les jeunes femmes, il n'en cependant pas à outrance. Ainsi, seul ceux qui croise son chemin ressente cette agréable odeur, assez unique en son genre. Il faut dire qu'il est assez soigneux de son apparence.

Enfin, son "style" vestimentaire est vraiment personnel. En effet, de par son voyage vers les pays étrangers, Gaiden a su mélanger les genres afin de se créer une allure qui lui est propre. Conjuguant le noir et le blanc cassé afin de s'accorder avec ses cheveux, il porte un pantalon en toile noir. Surmontant ce dernier, un fin gilet -noir lui aussi- permet de lutter contre les fraîcheurs de son environnement, fardé sous un veston noir en coton. Enfin, dissimulant le tout, un tissu à mi chemin entre la blouse et la cape lui permet d'arborer son côté supérieur. Enfin, ne les quittant que pour dormir, des bottes assez lourdes, ayant des fermoirs en acier. Étant dissimulées sous son pantalon, peu savent qu'il s'agit d'outils d'un cordonnier asiatique.

Description moral :

Etrangement il est assez éloignée de la psychologie de son père, et il semblerait que son subconscient l'est pris pour modèle. En effet, de nature plutôt solitaire et assez discrète. Se liant plus que difficilement aux autre, c'est un jeune homme curieusement attractif, et bien qu'étant de nature introverti, les gens viennent souvent lui parler. Etant misanthrope au possible, il ne supporte pas la nature profonde de l'homme, et fait preuve d'une hypocrisie parfaitement dissimulée lorsqu'il est en société. Il s'adapte habilement aux personnes qui l'entourent, mais préfère converser avec des gens de son rang, et de sa qualité linguistique. En effet, s'il se retrouve face à des gens ne manipulant pas les mots à leur juste valeur et préciosité, il s'empresse avec un plaisir latent à replacer ces basses et niaises personnes où elles doivent être. N'ayant pas peur des conséquences, puisqu'il est aussi lettré qu'habile de son corps pour se défendre.

Ayant une attitude plutôt hautaine, la culture que possède ce jeune homme est plutôt impressionnante, et elle prouve que sa prétention n'est pas mal placée. De par son éducation plutôt aristocratique, Gaiden est habitué à commander aux faibles. Cependant, malgré cette assistance durant son jeune âge, il est totalement indépendant et ordonné, voir un brin maniaque. En fait, il faut s'exprimer correctement, il ne supporte pas que l'on touche à ses affaires. S'il prend quelqu'un à y toucher, malheur à lui. Néanmoins, ce n'est pas un violent. Il restera impassible, et s'arrangera pour vous faire payer votre faute de manière plus subtile. Il n'est pas violent physiquement, mais plutôt moralement, et les mots sont une arme des plus puissantes, surtout placés dans sa bouche.

Étant totalement impassible physiquement, il l'est également moralement. Aucun évènement ne le fait réagir. La mort d'un proche n'a aucune conséquence sur son être. Il semble être en constance apaisement. Même lorsqu'il s'amuse à rabaisser une personne, qu'il s'agisse de son rang, de son statut, ou bien de sa manière de parler, sa voix reste totalement neutre et seuls les mots qu'il emploie permette une partielle compréhension de ce qu'il tente de faire ressentir.

Enfin, en ce qui concerne ces "amours", et les femmes en général, il ne prête pas réellement d'importance primordiale à la présence d'une femme à ses côtés. Néanmoins, il aspire à avoir une descendance, étant l'une de ses peurs d'être humain, mais nous en reparlerons plus longuement par la suite. Lorsqu'il fut à l'académie, il était comme il vous l'a été signalé plus haut, un garçon parfois prisé des jeunes filles. Il a du avoir deux, voir trois relations, qui ne furent pas des relations réellement importante pour lui. Il s'agissait plutôt pour ce jeune homme de découvrir partiellement la psychologie féminine. Pour conclure, on peut donc dire que Gaiden, bien qu'étant froid et distant, peut s'avérer être un homme de bonne compagnie.



Informations personnelles :

Date de naissance : La nuit du vendredi 13 septembre.

Lieu de naissance : Un petit village perdu dans les montagnes du pays du vent.

Village souhaité: Kiri No Kuni , puis Organisation Seikurai en RP si possible

Histoire :


Iruka Fugou, 17 ans, jeune fille de la célèbre famille Fugou, propriétaire d’immenses terrains agricoles dans le pays proche de Kiri No Kuni. Elevée par une tutrice, ne voyant que rarement sa mère, elle n'aimait se croire fille de cette femme qui vivait sous les richesses, et qui maltraitait le personnel, se croyant tout permis. Elle préférait passer du temps avec ceux qui se considéraient comme étant ses serviteurs, mais qu'elle considérait comme ses amis, à parler, s'amuser dans l'imposant jardin de leur luxueuse maison.
Elle aimait les plaisirs simples, les animaux, bref c'était une jeune fille tout ce qu'il y avait de plus simple. Cependant sa mère n'était en accord avec aucun de ses principes, et fini par renvoyer la tutrice, qu'elle estimait inutile après un travail sans résultats. Elle s'occupa elle même de l'éducation de sa fille, à qui elle avait tracé un avenir qui n'était pas le sien : elle devait être mariée à un riche et vieux propriétaire d'une marque de la région.

Eiki Tairyoku, 19 ans, paisible villageois, qui survivait aisément en faisant des courses dans les endroits les plus périlleux de la même région. Ayant sa propre petite habitation, étant un villageois actif, il participait à tous les travaux, et était quelqu'un d'aimé parmi ses compères. Bien qu'étant jeune, fougueux, il possédait cependant une sagesse digne des anciens, et sa réputation ne faisait plus à être démontrée. Il aimait jouer avec les enfants, préparer de bons plats, et faire la fête avec tous ses amis. Il aidait toujours son prochain, et n'appréciait guère l'arrivée d'étrangers dans un lieu si paisible.
Il avait toutes les filles qu'il désirait, sans cependant en profitant, croyant au grand amour et au coup de foudre. Il préférait se réserver à cette femme qui ferait battre son coeur dès la première fois. Compréhensif, gentil, il n'attendait rien de personnes, et offrait son aide à quiconque semblait en avoir besoin, sans forcément la demander.


Deux vies, deux destins semblant opposé, mais merveilleux. Deux personnes au coeur sur la main, la vie prête à être vécue. Cependant le dieu de la mort va en décider autrement. Aujourd'hui, Iruka et Eiki vont mourir.

Le froid hivernal de la montagne de Take fait rage en cette saison, et les médicaments qui devaient parvenir pour faire face à l'épidémie semblent avoir été égarés. Rien ni personne ne peut prévoir combien de temps pourront tenir les enfants, les personnes âgées atteintes. Eiki, comme à son habitude ne compte pas laissait cette tempête approchante anéantir leur village. Accompagné de ses deux meilleurs amis, il se mit alors en direction de la grande ville, afin de se fournir en soin. Prêt à partir, il engage la marche rapidement afin d'anticiper au plus vite la tempête, et être de retour dès que possible.

Cependant, la mort, qui surveille de près ce jeune garçon qui semble comme un autre, accélère les choses, et au bout de 4 heures de marches, la tempête se retrouve finalement juste au dessus de leur tête. Tous accrochés par une corde, aucun d'entre eux ne peut être en danger, sous la protection de l'autre. Ne voyant rien aux alentours, ni à leur position, la corde sera finalement rompu à cause d'un éboulement impromptu, et Eiki qui menait la troupe se retrouve isolé, tombant, emporter par une avalanche. La fin semble proche . . .


Dernière édition par Kurushimeru Gaiden le Lun 20 Avr - 13:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kurushimeru Gaiden   Ven 17 Avr - 23:57

21h. Le bal commence. Depuis maintenant 3 semaines, des affiches sont placardées dans toute la région afin de convier les plus grands hommes de la région, mais également du pays. En effet, la mère d'Iruka a décidé de marier sa fille au plus vite, afin d'en faire une jeune mariée convenable. Des invitations furent envoyées partout, et les réponses affluaient pour la jeune fille à la beauté exquise. Sous les ordres de sa mère, bien plus sévère et impressionnante que n'importe qui, Iruka se taisait, observant son destin. Sa vie lui filait entre les mains. Tous les serviteurs avaient été virés, et de nouveaux étaient arrivés, et n'avaient pour seul ordre de ne jamais parler à la jeune fille sous peine de punition. Personne n'avait osé se dresser contre cette femme qui effrayait quiconque.
Habillée dans une magnifique robe pour l'occasion, afin de trouver l'époux, la jeune fille, qui s'était isolée, laissait désormais les larmes couler le long de son si beau visage. Les employés qui ne pouvaient endurer plus que cela, aidèrent la jeune fille à fuir, retardant toutes recherches, prétextant qu'elle s'était enfermée dans sa chambre. La jeune fille quant à elle fuyait sur un cheval qui en perdait petit à petit haleine, mais qui puisait dans ces dernières ressources afin d'aider celle qu'il aimait tant. Non loin de là, une tempête d'une fureur éclatante s'approchait.
La jeune fille, perdue au milieu des bois ne savait que trop faire, ni vers où se diriger. Finalement elle perdit espoir, et s'effondra de fatigue au beau milieu de la tempête.
Cependant, la mort les gagnant chacun, leur rencontre se rapprochant, et de cette rencontre allait naître leur survie, leur amour, et bientôt un futur qui n'était perceptible par personne.

Eiki, emporté par l’avalanche, se rapprochait de la jeune fille, tandis que la mort semblait perdre peu à peu de sa puissance, au même titre que la tempête, qui s’arrêta soudainement, alors que le jeune garçon était étendu juste aux côtés de la jeune fille. Leurs yeux s’ouvrirent au même moment, et aucun d’eux ne savait où ils étaient. Leur regard se croisa, et ce fut le début de leur rencontre. Le cœur d’Eiki se mit alors à le réchauffer, non seulement lui mais également celui de la jeune fille, et des larmes coulèrent de chacun de leurs yeux. C’est comme s’ils se connaissaient depuis bien trop longtemps, que leur vie était enfin réunie, et qu’elle prenait sens maintenant. Ils s’enlacèrent longuement, avant qu’Eiki ne reprenne conscience de sa mission. Les mots avaient été inutiles, il l’avait prise avec lui, et ils seraient maintenant tel des inséparables.

Quelques heures plus tard, il retrouva ses amis, et présenta la jeune fille, qu’il désigna comme la femme de sa vie. Ils retournèrent finalement au village, les médicaments en mains, et Eiki avec Iruka.

De cet amour naquit Gaiden, un jeune garçon, qui sortit de l’ordinaire. Tout d’abord car à sa naissance il devint meurtrier contre son gré. En effet, par une sombre nuit, ne laissant qu’apparaître la pleine lune, sa mère le fit naître aux dépens de sa vie. Une vie pour une autre. Mais la vie qui venait de naître n’était pas comme les autres. En effet, une étrange marque, plutôt un tatouage, représentait un dragon d’une beauté, et d’une précision diabolique. Les sages-femmes furent tout d’abord surprises, puis effrayées, se rappelant d’une vieille légende que l’on croyait irréelle. Eiki savait également de quoi il s’agissait, et ne savait pas comment réagir.

Le secret fut tout d’abord dissimulé, et les sages-femmes en firent finalement part aux anciens du village, qui convoquèrent Eiki, ainsi que son petit garçon. Il fut étudié telle une bête de foire pendant plusieurs jours, et la décision fut longue à être prise. Ils optèrent finalement pour l’acceptation du jeune garçon, laissant de côté cette stupide légende. Malheureusement cela n’était pas du goût de l’ensemble du village qui n’appréciait guère la présence de Gaiden. Mais après plusieurs années de vie commune, et l’observation d’aucun changement apparent, il fut rapidement considéré comme l’un des leurs.

Durant 6 années, il fut élevé par son père, qui s’y prit étonnamment bien, puisqu’il fit un garçon gentil et doux, bien qu’étant parfois curieusement pris de pertes de consciences. Mais la légende rattrapa bien vite le jeune garçon, alors que le pays entrait bientôt dans une guerre civile sans précédent, faisant plus de morts chaque jour, plus de victimes innocentes chaque minute. Le village fut bientôt envahit par un petit groupe d’étrangers, venu en quête de territoire. Cependant ils durent se heurter à un étrange maléfice. En effet,Gaiden semblait différent. Le village était bizarrement désert, seul lui était présent en plein milieu de la place centrale.

« Fuyez pauvre fou . . . »

Les barbares rirent tout d’abord au nez du jeune garçon, puis des flammes sortirent peu à peu des maisons, et des flashes aveuglants s’abattirent sur le village, tuant petit à petit les membres du groupes. Finalement, l’un d’eux parvint à assener un coup au jeune garçon, qui s’évanouit alors. Au moment où il allait lui infliger le coup final, une garnison du village de Kiri investit alors les lieux, sauvant de justesse le jeune garçon. Il ne restait qu’un survivant du clan des barbares, afin de raconter l’histoire qui s’était passée. On le prit pour un fou, on l’enferma, et il mourut finalement d’une étrange manière. Gaiden quant à lui fut récupéré par le Juunin en charge de la mission qui le ramena à Kiri et le confia à un orphelinat.

Cependant il remarqua vite le tatouage du jeune garçon, son don pour le combat, et malgré son envie de le rendre humain, Gaiden semblait seulement prêt à obéir aux ordres d’attaques et de défenses. Après 2 années au sein de l’académie, Gaiden fut nommé Genin, et rejoignit rapidement une équipe. Les deux autres Genin semblaient se connaître, une fille prénommée Anna, qui possédait un talent innée pour le Genjutsu, ainsi qu’un jeune garçon, plutôt maladroit, et tentant désespérément d’être reconnu par la jeune fille, démontrant néanmoins des aptitudes plutôt moyennes dans chaque discipline.

Leur Junin attitré était un proche de MizuKage, et savait à quoi s’en tenir quand à la présence de Gaiden. Il savait qu’il ne devait pas le considérer comme un simple enfant, et il connaissait l’étendue de ses aptitudes, ainsi que les terribles rumeurs qui couraient à son compte. Durant plus d’un an, cette équipe enchaîna les missions, toutes furent pour la plupart des réussites, Gaiden se mettant toujours en retrait, et ne faisant jamais démonstration de sa toute puissance. Il était néanmoins considéré comme l’un des plus faibles Genin, et fut rapidement défendu par son camarade, qui l’avait vu en action nombre de fois, et dont il savait sa puissance dominante. Malheureusement, car il y a toujours une fin à une histoire plus ou moins heureuse, une mission plutôt dangereuse fut affectée à l’équipe numéro 9.

Une mission qui apparemment de rang C, fut rapidement reconnu comme une mission de rang A. Il s’agissait au départ d’escorter un important émissaire, mais des choses qui n’auraient pas du être découverte l’ont été, ce qui eut pour effet une attaque de plusieurs Juunin d’un autre village. L’attaque fut brève, et sans équivoque. Bien que pressentant le danger, Gaiden, leur Juunin et Anna ne purent rien faire pour sauver la vie du jeune garçon. Mais ce qui suivit fut encore plus abominable. Pour la première fois de sa vie, Gaiden avait apprécié une personne tout autant que MizuKage. Tout s’enchaîna en quelques secondes. Son katana fut rapidement dégainé, et le sang gicla dans une furie si effrayante, que plusieurs gardes moururent de crise cardiaque.

A son retour, Gaiden fut mis en isolement, afin d’être examiné. Anna avait subit un violent choc psychologique, et est actuellement toujours sous suivis. Par chance l’émissaire quant à lui ne vis rien de la scène. Pour finir le Juunin fut affecté à l’enseignement du jeune garçon, suite à sa demande. Après quelques semaines, Gaiden fut relâché, puis appelé aux côtés de MizuKage, qui s’occupa de sceller son tatouage. Pendant plusieurs mois, il fut entraîné selon l’enseignement du Juunin, autant sur le plan physique, moral mais également émotionnel. Cependant il ressentait toujours ce besoin de renfermement. Le Kage réussit parfaitement à utiliser le potentiel de Gaiden, et passa Chuunin, puis Juunin en très peu de temps. Il enchaîna les missions en solo, apprenant à agir et compter uniquement sur lui-même, avant de passer ANBU. Par la suite, son sensei l'envoya en périple autour du monde, afin qu'il puisse en apprendre davatange sur lui même, sur son clan, et qu'ils parviennent à trouver la clé de son être. C'est au cours de ce voyage que Gaiden développa toutes les techniques qu'il possède aujourd'hui. Mais son retour à Kiri fut totalement bouleversé. Il appris que le précédent Mizukage était mort, son père adoptif. Une nouvelle personne avait été intrônisée, sans que l'on sache d'où elles viennent. Gaiden trouva une lettre pour lui, décrivant qu'il devrait obéir à ce nouveau Kage comme s'il s'agissait de lui même ...


Dernière édition par Kurushimeru Gaiden le Sam 18 Avr - 3:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kurushimeru Gaiden   Ven 17 Avr - 23:58

L'histoire d'un katana


Stoppons un moment la cassette. Revenons dans des temps immémoriaux, où les ninjas n’étaient pas encore aussi connus qu’aujourd’hui, plusieurs centaines de clans, surpuissant tous autant les uns que les autres, s’affrontaient dans de puissantes et destructrices batailles. Parmi l’un des, le clan des dragoons, un clan qui a aujourd’hui perdu toutes traces de pratiquants, qui possédait un lien plus qu’étroit avec une lignée d’animaux légendaires, n’étant autre que les magnifiques dragons des plaines, survolant notre terre. Ils avaient appris à vivre en communauté, les anciens vouant un culte à ses créatures majestueuses, les jeunes apprenants à vivre en harmonie avec eux, en symbiose. Chacun vivait aux dépens de l’autre, dans le respect mutuel de la vie. La structure sociale se basait, que ce soit dans l’une des races ou dans l’autre sur le respect de l’ancienneté, comprenant à la fois force et sagesse. Ce clan dominait largement les autres, maintenant une paix durable dans leur pays, repoussant chaque assaillant sans aucune perte humaine ou dragonne. Quoi qu’il en soit, lorsque les premiers shinobis créèrent les premiers clans de ninjas, et par la même occasion, les villages, ainsi que les jutsus et autres artifices, le clan suivit la progression, créant lui-même ces propres jutsus, bien évidemment d’un niveau et d’une intelligence bien supérieur à n’importe quel clan de cette nouvelle ère.

Cependant car il y a toujours un point noir lorsqu’une civilisation domine le monde, les jalousies montèrent dans un intérêt général d’obtenir leur place, et de détrôner ce peuple qui vivant dans leur propre monde, à l’abri du besoin de la guerre. Une longue guerre fut alors déclenchée, tous s’unissant contre ces « dragoons » qui dominaient depuis trop longtemps la Terre, Gaia. Séparé des dragons, le clan fut alors mené à la perte, les dragons étant chassés les uns après les autres. Cependant une poignée de dragon parvint à être sauvé, par des hommes comprenant leur détresse bien que n’appartenant pas au célèbre clan. L’un d’eux, possédant d’immense terre dans les montagnes, ainsi que d’innombrables grottes, fit survivre durant plusieurs générations une famille de dragon, dernière survivante de cette guerre qui dura près de 200 ans. Toutes traces écrites, tous les documents furent brûlés et détruits pendant cette période, excepté ce qu’en garda la famille salvatrice de la famille. Après des centaines d’années, il ne resta finalement qu’un seul survivant, dernier héritier de l’histoire des dragoons. L’un des enfants de la famille passa alors toute sa vie à écouter le dragon, afin de pouvoir mettre des mots sur cette histoire, de pouvoir laisser tout de même une trace écrite afin de ne pas oublier ce clan si magnifique qui existait. Cependant, les hommes avides de pouvoir et de terres investirent les quartiers de la famille, ordonnant de distribuer chacune des terres qu’ils possédaient au peuple, insistant sur le droit de chacun à posséder une terre. L’homme, chef de la famille n’opposa aucune résistance, demandant simplement de conserver une partie de son terrain, dont la grotte. La demande fut rejetée, et au cours d’une nuit, une horde de paysans, armés de fourches et autres broutilles s’attaquèrent à la bête, afin de faire réellement disparaitre ce clan maudit. Toutefois, dans un dernier souffle, l’homme s’interposa, et reçut la flèche que le dragon aurait du recevoir, bien qu’ayant accepté son destin. Dans un souffle de rage, le dragon tua tous les paysans, et offrit son cœur à l’homme, lui permettant ainsi de vivre. Lorsque l’homme se réveilla, tout ce qu’il vit n’était que cendre d’homme, ainsi que le corps sans vie du dragon. Il s’écroula alors en sanglot au sol, criant tout le désespoir inscrit en lui. Un dernier souffle du dragon vivait en lui, afin de lui dire comment commémorer sa mort. Il devrait forger le meilleur katana, et ainsi sa mémoire pourrait s’en reposer en paix. L’homme ne prit pas le temps de réfléchir, il couvrit la bête avec plusieurs centaines de tissus, afin de ne pas laisser son corps à l’air libre.

Durant une décennie il exécuta son périple, recherchant le meilleur de tous les forgerons, bien qu’étant déçu à chaque fois, par le peu de propreté de la lame, et la mauvaise facture de celle-ci. Après vingt ans de recherche, la maladie commença à emporter peu à peu son corps, mais cela ne l’empêcha pas de continuer sa recherche. Dans un petit village reclus, un homme possédait une étrange technique, cependant, pris par la folie, que tous disait, l’homme fut expulsé à l’extérieur du village. En effet cette technique consistait à communiquer avec les esprits des anciens maîtres du monde, ce même clan que l’homme persista à rechercher durant plusieurs années. Le priant de l’aider à faire ce que son ami lui avait demandé, lui ayant montré ce cœur si majestueux vivant en lui, tout sa vie allait peut être enfin prendre un sens. L’homme communiqua alors avec les esprits, afin de l’aider dans sa quête.

Une nuit sans lune, une forêt sans bruit, une immense lumière jaillit alors de la petit hutte du fou, laissant alors apparaître l’esprit du plus anciens des dragons, lui expliquant ce qu’il devait réaliser. Une semaine entière fut demandée aux deux hommes afin de réaliser ensemble, sous le geste du dragon, le katana d’une étonnante facture, mais d’une réalisation parfaite. Peu de temps après le fou mourut d’une rupture d’anévrisme, et son corps disparut comme par enchantement, ses cendres rejoignant le royaume des étoiles. L’homme revint quant à lui dans son pays, tout avait changé. Laisser à l’abandon, sa maison était entièrement recouverte de mousse, par chance, le petit chemin lui aussi était dissimulé, et sans prendre le temps de rentrer chez lui, il se rendit dans la grotte, où étrangement, le corps du dragon avait continué de vieillir. L’homme tendit la pointe du katana vers le dragon, et une violente lumière, emportait par un puissant vent apparu dans la grotte.

[color:2657="Red"]« Je te remercie . . . mon âme sera à présent éternellement scellée dans cette lame, qui durera jusqu’à la fin des temps . . . Apprends à te servir de cette lame, perpétue la tradition dans ta famille . . . »

Des générations après, cette famille fut la dernière et la seule à connaître les secrets de ce clan, si célèbre soit il. Mais leur destinée n’était pas encore finie, il devait encore faire connaissance avec un jeune garçon, un jeune garçon qui serait la réincarnation de cet ancien dragon, revivant sous les traits d’un étranger en périple. Conscient de l’enjeu qui était entre leur main, la famille éparpilla ses membres à travers tous les pays, recherchant durant plusieurs siècles cette vie qui pourrait être celle-ci. Plusieurs prétendants furent ramenés, tous les uns plus que les autres, aussi prétentieux que possibles. Chacun d’eux mourraient dans d’affreuses souffrances lorsqu’ils tentèrent de voler ce katana si précieux, leur corps retrouvé complètement calciné. Finalement, il ne resta qu’un seul survivant, qui vieillit seul, renfermé sur lui-même, sa demande ne faisant plus écho. C’est alors, qu’un jeune garçon, Gaiden, notre jeune étudiant, en plein périple afin de tenter de retrouver les traces de ses ancêtres. C’est alors qu’il frappe à la porte du vieillard, demandant l’hospice pour la nuit. L’homme, surprit de voir un si jeune garçon, en périple, lui offre le gîte pour la nuit, apprenant à faire connaissance avec lui autour d’un bol de ramen bien chaud.

L’homme lui fait alors part de sa propre vie, après avoir été subjugué par tant de mystère autour de sa vie, en rapport avec les dragons. Toute la nuit passe, les deux hommes s’échangeant chacun leur mystère, se rejoignant peu à peu. L’homme fait finalement part à Gaiden du katana ancestral faisant partie de leur histoire familiale. C’est alors qu’il vint une idée à l’homme, envieux de savoir s’il était ou non le digne descendant de ce clan si réputé. Gaiden s’éclipsa alors l’espace d’un instant, allant cherchant un objet qu’il désirait offrir à l’homme en remerciement de l’invitation. Pendant ce temps , l’homme inséra discrètement dans le thé du jeune homme une puissante drogue, qu’il utiliserait pour la suite des évènements. L’homme vit alors Gaiden s’effondrait dans un profond sommeil, profitant de cela, pour le tirer jusqu’à la grotte, le katana accroché dans son dos. Il découvrit alors le torse d’Gaiden laissant alors apparaitre le sceau sur son épaule.

Il enfonça alors au plus profond de Gaiden le katana, laissant pour seul douleur une imposante lumière, enfermant dans tous son être tout le savoir jusque là enfermé à l’intérieur de Gaiden. Le sceau se développa doucement, progressivement, le dragon se mouvant sur le dos de Gaiden, créant alors une atroce douleur, étant son premier éveil. Gaiden se releva alors, tenant à présent dans sa main le katana, l’utilisant comme support pour se relever, la chaleur de son corps étant étonnamment élevé, sa sueur s’évaporant sous la température. Les yeux d’Gaiden ressemblait à ceux du dragon, et le sceau des dragoons était à présent visible sur la poignée du katana, celui si étant également modifié. La lame reflétait un noir, synonyme du néant où survivaient à présent les âmes des dragons.

L’homme pouvait à présent rejoindre les cieux, endroits paisible qu’il avait eu la permission de rejoindre, ayant finalement accéder à l’être qui n’était autre que le descendant direct du plus puissant dragoon jamais connu. Gaiden s’effondra peu de temps après avoir vu l’âme de l’homme rejoindre la lame du katana, de son katana. Son sommeil n’était en rien normal, puisque son âme s’était également retrouvée enfermé dans la lame, ayant pour guide le vieil homme. Ce dernier lui expliqua l’âme qui était enfermé dans le katana, celle de Kojihiryuu, le fils illégitime du roi dragon, ainsi que la puissance qu’il dégageait. Il eut un peu de mal à expliquer la présence du sceau sur son épaule, étant certainement un signe de bénédiction des dieux. Après environ deux jours de coma, Gaiden s’éveilla, étrangement guéri de ses blessures. La grotte n’avait plus aucune trace, et la maison avait complètement disparut, de même que le vieillard, ainsi que toutes traces de sa vie.

Pensant avoir fini son périple, Gaiden s’en retourna à Kiri, profitant de chaque jour pour s’entrainer au maniement du sabre, ainsi que faire connaissance avec l’âme qui était enfermé dans la lame, celle de Koji. Il s’avéra un compagnon de route assez étrange, pouvant sortir sous forme de petit lézard, profitant des épaules de son porteur. Un étrange lien se forma au fil du voyage, Koji étant l’exact inverse de Gaiden, amusant, attendrissant, laissant ses émotions le dépasser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kurushimeru Gaiden   Ven 17 Avr - 23:59

Passé enfoui


C’était une nuit annonciatrice de sang, la lune ayant prit un habit spécial pour l’occasion, comme celle de ce terrible soir, et pourtant, cette nuit là, son visage, si paisible, si discret à son habitude, était visible à plusieurs kilomètres à la ronde. Pourtant cette nuit était encore floue pour Gaiden, qui n’avait aucun souvenir de ce moment, cette période si sombre dans son cœur. Gaiden s’installa paisiblement sur l’une des branches d’un arbre solitaire de Kiri, sortant le livre que son père lui avait offert lorsqu’il était encore tout jeune. Il se souvient encore de ses paroles au moment de lui offrir. Gaiden fêtait son quatrième anniversaire, et pourtant il savait déjà écrire les mots les plus difficiles, ayant déjà lu plusieurs livres pour des enfants de 8 ans. Ce livre venait de la grande ville, où Gaiden désirait tant aller, afin de devenir un grand ninja.

« Les livres sont la richesse de ce monde Gaiden, prends en soin, note ta vie dans ce livre, et transmet ce que tu as vécu, tu deviendras quelqu’un de grand, j’en suis sur, écrit chaque moment de ta vie, afin de pouvoir le revivre plus tard, car sache mon enfant, qu’un mot appelle à un souvenir, qui lui-même amène à une émotion . . . Et les émotions sont indestructibles, elles sont seulement dissimulées par ta tête lorsque tu ne veux plus te souvenir . . . »

Après avoir reçu un cadeau si précieux, venant de l’un des plus grand presseur de la région du pays du vent, Gaiden , qui s’était vu offrir également une plume, n’osa pas écrire dans ce livre trop important pour lui, et ne voulant pas le souiller. Seulement quelques jours après, se sentant l’âme d’un écrivant, et sentant qu’il pouvait se libérer de tout ses maux, à travers les mots, Gaiden se prit d’une passion pour écrire, décrivant en détail chacune de ses journées, portant un mot sur chaque moment qu’il vivait. Il ouvrit alors la page au moment précédent le drame, un jour sans faille. Il était alors âgé de 8. Cela faisait 9 ans ce soir, que ce drame s’était déroulé.

La semaine dernière, il pleuvait dans le village, je te l’ai déjà dit, cependant l’orage a causé plus de dégâts que nous le pensions, en effet il semblerait qu’il est était annonciateur d’un malheur bien plus grand. Ce matin il n’y a pas en effet pas eu école, il semblerait que tôt dans la nuit un messager soit arrivé, un messager du pays voisin, nous annonçant l’arrivée d’une petite légion de barbare, profitant de la guerre pour piller les villages, engageant de forces les hommes les plus vaillant, et violant et tuant les femmes et enfant. Je me suis faufilé à travers l’un des conduits que j’utilise souvent afin d’entendre les anciens discuter des problèmes aux villages, cela est assez amusant de voir à quel point notre petit village peut être ancestral. Quoi qu’il en soit, ce que je ne t’ai pas mentionné, ce que l’homme n’eut le temps que de laisser que quelques bribes de phrases, son état physique, mais également psychologique semblant complètement détruit. Il avait semble-t-il était envoyé par le clan barbare, après avoir subit un traitement des plus atroces. Je ne me fais toutefois pas de soucis, notre village est béni par les dieux, et je suis assuré que les barbares ne nous atteindrons pas, le chemin à gravir est bien trop dangereux pour des étrangers, seul mon père et quelques hommes du village son assez puissant pour le traverser. Fait moi confiance maman, notre futur ne sera pas menacer par cette guerre, nous en apprendrons simplement les déboires, nous saurons que demain nous avons changer de frontières, pour après demain en changer de nouveau.

Après avoir fini d’écrire, je me suis rendu à la chute non loin, afin de profiter de l’eau fraîchement de la fonte des anciennes glaces éternelles, afin de me nettoyer. Cela devait bien faire 5 jours que je ne m’étais pas lavé, et je commençais à empester le rat mort, bien que me changeant chaque jour, et faisant une toilette quotidienne sommaire. Cependant, je ne pus forcer sur mon tatouage, ce dernier semblant s’agiter depuis quelques jours. En général, chaque jour de pleine lune mon cœur battait plus fort dans ma poitrine, et mon sceau me brûlait partiellement, comme de petites épines que l’on enfoncerait, puis que l’on retirerait, le tout très rapidement. Quoi qu’il en soit je m’étais habitué à la douleur, et cela ne semblait presque plus rien, peut être la douleur était-elle si puissante que je ne pouvais plus rien sentir. Je passais donc ma journée dans cette petite clairière, me dissimulant sous l’eau afin de surprendre quelques animaux qui passeraient. Je rentrais le soir, mon père ayant déjà préparé le repas. Je lui racontai ma journée, paisible, presque banale, avant de mettre la table, et de nous installer, commençant notre jeu favori, le go. Tout en mangeant des morceaux de Fugu fraîchement pêché, mon père m’avait initié à ce jeu, afin de développer mes facultés. Cependant, ayant déjà une avance sur mes camarades, et un niveau de compréhension accru, il ne me fallut que quelques mois pour lui apprendre à jouer. Peut être jouait-il la comédie, afin de me porter plus d’importance, mais je m’en fichais, pour moi ce qui comptais c’était de passer du temps avec mon père. Comme chaque soir c’est moi qui le porta dans sa chambre, s’endormant de fatigue après quelques parties de go. Avant de m’endormir je laissais encore quelques mots à ma mère, afin qu’elle puisse suivre notre vie de prêt, sans pour autant totalement présente. Je m’endormais alors à présent, dans un profond silence, un silence trop étrange qui aurait alerté je le pense n’importe quel ninja apprenti, ou même des gens connaissant la guerre. Je savais qu’il y avait quelques choses d’étranges, étant habitué à vivre de temps à autres dans la forêt, mais la fatigue était trop présente, et la chaleur de mon lit me fit bien vite oubliée mes présomptions.

Je fus alors violemment secoué par mon père, mais n’entendant pour l’instant rien. J’avais un étrange sommeil, qui faisait que mon système s’éteignait de manière inverse à celui d’un être humain. Mon système auditif s’endormait en premier, et s’éveillait en dernier. Quoi qu’il en soit, lorsque je fus totalement maître de moi-même, je pus entendre à l’extérieur des chevaux hennir, et habituer à leur présence, je compris qu’il ne s’agissait certainement pas d’hennissement de bonheur. Je me relevais alors brusquement, prenant ce que je pouvais à porter de bras, violemment tirer par mon père, qui m’emmena dans l’une des écuries non loin. Le conseil du village semblait avoir pris des dispositions afin de parer à toutes éventualités, sans que je sois au courant. Par un astucieux système de poulies et de tractions, une trappe s’élevée, où était déjà caché quelques enfants, qui n’était pas mes amis, mais dont j’avais sommairement fait connaissance. C’est à ce moment là que la cassette s’arrêta alors lorsque je fus enfant, mais étrangement des flashs me revenaient alors, postés sur cette branche. La lune semblait cogner ma tête, et je me retrouvais alors dans cette période qui avait été effacé de ma vie, spectateur de ma propre enfance, évanouis sur cette branche. Je me revis alors, ne me souvenant pas réellement des gens présents, mais je pus alors remettre chaque nom sur chaque visage qui m’était présentés. Mon père était repartis près des anciens, qui imploraient le chef du clan de les épargner leur offrant tout ce qu’il possédait, se cachant bien évidemment d’avouer leur plus grande richesse. L’homme accepta, fatigué de toutes ses tueries, et fit volte face, rebroussant chemin. Mais lorsqu’il arriva aux niveaux de ses suivants, il eut un petit rire sadique.

« Je suis las de devoir me souiller les mains pour de tels paysans . . . Mais vous certainement pas, occupez vous en . . . »

Les pillards foncèrent alors avec joie sur le petit groupe de paysans, ne sachant trop que faire ni par où commencer. Cependant, je savais de qui tenir quand à être un petit stratège. S’étant dissimuler derrière quelques faux murs, les plus vaillants des hommes prit alors d’assaut les quelques barbares qui furent totalement pris par surprise, et de ce fait tuer sans la moindre hésitation. Mais une seconde vague arriva, d’homme plus puissant, encore moins intelligent que les autres, et lancèrent leur épée, sans voir ce qu’elle touchait. Les femmes apeurées, se mirent à pleurer, tout comme moi et l’ensemble de notre petite communauté dissimulé. Mais ce qui coulait sur mes joues étaient des larmes de haines, et non de peur, une haine impromptue envers la race humaine, ne comprenant pas, et je laissais alors mes émotions me satisfaire pleinement, tout comme à mon épaule, qui me brûla d’une manière inexistante auparavant à la vue des premières giclées de sang. Je déchirais alors ma chemise de nuit, et les enfants se mirent alors à pousser de petites cris, voyant le dragon sur mon épaule bougeant tout doucement. Les femmes , du moins celles qui n’étaient pas encore évanouies par l’effroi cachèrent les yeux de leurs enfants, tandis que d’autres sortirent alors de leur cachette, pensant qu’elles allaient mourir quoi qu’il arrive. Je ne comprenais pas ce qu’il se passait, je comprenais après tant de tant ce qu’il se passait, et ce qui avait pu se passer ce soir là. Je me voyais me tourner vers le groupe apeuré, mon expression était modifié, et je possédais une terrible envie de sang.

« Fuyez . . . Ou bien vous serez mes premières proies . . . »

Le reste de la troupe s’enfuyait alors vers le haut de la montagne, passant le col pour finalement se retrouver sur l’autre versant, afin de rattraper une garnison du village de Kiri. L’autre moitié fuyait vers le groupe de barbare, et moi seul dans le trou, j’attendais. Je ne comprenais pas ce qui se passait en moi, mais il semblait qu’à ce moment là, je prenais pleinement conscience de mon pouvoir. Des images apparurent alors en moi, celle d’un dragon, qui m’annoncer tout un tas de choses que je ne comprenais pas étant enfant, mais que mon moi actuel comprenait pleinement, après avoir récupéré le katana, après avoir entendu toute l’histoire du vieillard. Je faisais donc réellement parti de cette civilisation antique, qui avait disparu. Je me vis alors ne plus écouter le dragon dans ma tête, la secouant violemment, et foncer vers le groupe de barbare, massacrant les derniers survivants. Je m’arrêtais net, voyant le corps de mon père, étendu à terre, inerte. Je m’effondrai alors à ses côtés, le priant de se relever, de me protéger. C’est à ce moment là que tout à virer, l’un des plus grands barbares s’approcha de moi, et leva la main afin de tenter de me fracasser le crâne au moyen de sa massue. Sans que je n’ai rien eu à faire, l’arme s’arrêta à quelques millimètres de ma tête, ne m’ayant rien causé comme dégâts. L’homme, certainement plus bête que sa massue, recommence moult, sans jamais parvenir à atteindre sa cible.

Mon corps bougeait tout seul, et je me voyais, me tenir face à l’homme, bougeait comme si mon âme anticipait le mouvement de mon corps, et tendre la main, l’enfonçant dans celle de l’homme, n’en retirant que sa propre âme. Je récupérais alors l’arme de l’homme, faisant certainement le double de mon poids, la soulevant comme si elle ne représenterait, et dans un enchainement effrayant je massacrais ce qu’il restait des hommes, mais également des femmes et enfants de mon village. Rien ne pouvait arrêter ma haine meurtrière, si ce n’était la voix de mon père. Mon village regorgeait de feu, dévorant chacune des petites maisons qu’il trouvait sur son passage. Et c’est là , entre deux, que je vis mon père, tout du moins l’âme errante de mon père, spectateur de mon carnage, qui ne comprenait pas, et ordonné de me stopper immédiatement. Mes yeux pleuraient des larmes de sang, j’étais moi-même entièrement recouvert de sang, et c’est à ce moment là que j’ai retrouvé le court de la vie normale, me retrouvant au milieu du village, la garnison de ninja de Kiri arrivant, et me retrouvant, moi seul vivant. Je tombais de fatigue, mais probablement également d’effroi, d’incompréhension, et de chagrin. A la suite de cela on m’apprit qu’il n’y avait aucun survivant, et que seul quelques objets furent retrouver. Durant toute ma vie la vérité m’avait été caché, il restait encore une partie de mon village, elle avait simplement eu peur de me récupérer, et je vivais à présent, avec ce sceau, seul témoin de ma mémoire perdue. . .

Je m’éveillais à présent sur l’arbre, le soleil pointant ses premiers rayons. J’eus alors un violent mal de tête, certainement le résultat de cette rencontre avec moi-même, mais également de ma prise de conscience de ce que je renfermer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kurushimeru Gaiden   Sam 18 Avr - 2:46

Invocation


Nom du Jutsu >> Kuchiyose No Jutsu (« Invocation des dragons »)

Description de l'effet >> Appartenant à la longue lignée des dragoons, plus connus sous le nom de dragonniers, Gaiden possède un lien naturel entre son sang et celui des dragons, et après un long pèlerinage sur ses terres de naissance, Gaiden parvint à retrouver son âme de dragoon, et par la même occasion à sceller un pacte avec les dragons.


Mushu



Bien souvent considéré comme un animal de compagnie par certains, Mushu possède le même caractère que Gaiden, avec qui il passe le plus claire de son temps, sur son épaule gauche. Autre fiat très peu raconté, il possède, à un niveau peu élevé, un don de médecine, qu'il utilise rarement.


Rang requis : Genin


Ryuguu



Possédant un très mauvais caractère, et étant d'une apparente lenteur extrême, et d'une paresse élevée, il n'en reste pas moins d'une force colossale, et peu attendre des pointes à plus de 40 km/h.


Rang requis : Chuunin



Technique personnelle


1°/ Nom du Jutsu >> Gokunjin – 1ère Partie (« Sceau Impérial »)
Domaine >> Kinjutsu
Description de l'effet >> Le dragon s’étend légèrement sur l’épaule de Gaiden, l’immobilisant quelques instants. Lorsque le temps est passé, on peut remarquer que le tatouage est différent de l’original. Gaiden doit tendre le bras le temps pour que le dragon prenne sa place convenablement.
Description Visuelle >> Cette technique permet à Gaiden de développer de puissance et d’optimiser les organes de son corps, afin de soigner efficacement son corps. Cependant maintenir le Sceau se révèle coûteux.



2°/ Nom du Jutsu >> Gokunjin – 2ème Partie (« Sceau Impérial »)
Domaine >> Kinjutsu
Description de l'effet >> Le dragon prend de l’ampleur sur le corps de Gaiden, entourant circulairement son bras droit, sa tête venant se déposé dans le creux de l’articulation intérieure du coude, ouvrant légèrement la gueule.
Description Visuelle >> Cette technique permet à Gaiden de renforcer l’effet de la 1ère Partie.
Restriction>> Nécessite l’utilisation préalable de Gokunjin – 1ère Partie.


3°/ Nom du Jutsu >> Gokunjin – 3ème Partie (« Sceau Impérial »)
Domaine >> Kinjutsu
Description de l'effet >> Le serpent s’étend alors sur tout son dos, sa tête venant s’inscrire sur le dos de sa main, la gueule béante, les yeux ouverts. Le Chakra de Gaiden est alors grandement accrue, mais reste cependant instable, il est donc très dangereux d’y avoir recours !! Les seules personnes qui auraient pu témoigne de la puissance de ce Sceau ne sont malheureusement plus de ce monde.
Restriction>> Nécessite l’utilisation préalable de Gokunjin – 1ère Partie et 2ème Partie.


4°/ Nom du Jutsu >> Kaikufu (« Soin Impérial »)
Domaine >> Ninjutsu (médical)
Description de l'effet >> La couleur du Chakra de Gaiden change légèrement, passant d’un jaune presque éblouissant, à un vert très doux, entourant l’ensemble de son corps. Durant cette phase, Gaiden ne peut attaquer, seulement défendre, et esquiver les attaques de son adversaire.
Restriction>> Tant que Kaikufu est actif, Gaiden ne peut attaquer, seulement se défendre ; toute consommation de Chakra autre, lui est également interdit.


5°/ Nom du Jutsu >> Dokuja (« Griffe Venimeuse »)
Domaine >> Ninjutsu
Description de l'effet >> En utilisant un Katana suffisamment puissant pour résister à l’effet du Dokuja, , Gaiden peut faire entrer en symbiose sa lame et son sceau. La poignée du katana s’élargit légèrement, et la lame s’allonge de quelques millimètres.
Description Visuelle >> De plus un long filet coule le long de lame, n’étant autre qu’un puissant poison que Gaiden créait avec son sang, qui fait fondre les plus puissants matériaux, et qui provoque d’importants spasmes chez la victime.
Le katana devient alors une arme meurtrière, pourfendant les airs. Le seul moyen de parvenir à stopper la lame est l'utilisation d'une technique de protection de rang B(si elle est puissante) ou de rang A (si elle est basique).
La victime, sous le choc de la blessure, voit son rythme cardiaque irrémédiablement augmenter, et de ce fait répandre le poison encore plus rapidement, pour finalement mourir d’une mort rapide mais douloureuse.
Description additionnelle >> L’effet du poison à également un effet sur la lame, ce qui signifie que l’utilisation de cette technique le fragilise, le rendant inutilisable sous peine de le briser.
Restriction>> Nécessite l’activation du Sceau de Niveau 3 et l’utilisation d’un « Katana Légendaire ».


6°/ Nom du Jutsu >> Bunshin no Bakudan (« Clones à Retardement »)
Domaine >> Ninjutsu (médical)
Description de l'effet >> L’utilisateur créer un nombre de clones prédéterminés, ceux-ci ont la particularité de déclencher de violentes explosions lorsqu’ils entrent en contact avec une personne dont le Chakra est différent de celui de Gaiden. Ainsi, ces clones peuvent exploser au contact de n’importe quelle personne possédant une quantité infime de Chakra.


7°/ Nom du Jutsu >> Jusatsu (« Le Feu du Dragon »)
Domaine >> Ninjutsu
Description de l'effet >> Cette technique consiste à concentrer du Chakra dans la lame, puis à le malaxer afin de pouvoir enflammer la lame, dés lors, toute blessure engendré à l’adversaire se voit accompagné d’une brûlure cautérisant quasi-instantanément la plaie.


8°/ Nom du Jutsu >> Ikkiritatsu (« Frappe Furieuse »)
Domaine >> Taijutsu
Description de l'effet >> Cette technique permet de frapper l’adversaire, afin de l’envoyé dans les airs, Gaiden créer alors un enchaînement prédéfini sur son adversaire, afin de contrer toutes parades, et de briser l’ennemi en l’envoyant à terre violemment. A bien y regarder, cet enchaînement décris chacune des étoiles de la constellation du Dragon, avec grâce, puissance et respect.


9°/ Nom du Jutsu >> Kitoku no Saïkin (« Les Germes Assassins »)
Domaine >> Taijutsu
Description de l'effet >> Après avoir effectué une série de sceau, la victime se retrouve paralysée, et voit Gaiden fondre sur elle, laissant sa main pénétrer quelques secondes au niveau de son torse dans son corps. Puis, pendant plusieurs minutes, Gaiden récite des incantations. La victime voit peu à peu germer à travers son corps la fleur de la mort, une immense anémone. Si la victime est faible, il peut s’en suivre une mort douloureuse, dans le cas contraire, un traumatisme psychique violent. Il existe néanmoins trois moyens de s'en défaire : l'utilisation d'une puissante technique de rang A, l'intervention d'une aide extérieure ou l'utilisation de la même quantité de chakra que Gaiden (ce qui convient de dire la totale source).
La technique se découle en 6 Jets. Correspondant aux étapes du Jutsu :

• La première étape est le "dragon invisible", à l'image de la semence enterrée, le pouvoir de la création non encore exprimée.
• La deuxième est le "dragon des champs", à l'image du germe qui croît, mais n'est pas encore visible.
• La troisième se nomme "dragon visible", et symbolise le germe apparaissant hors de terre.
• La quatrième est le "dragon bondissant" : la plante croît et donne ses fruits.
• La cinquième est dite "dragon volant", à l'image des graines et pollen qui essaiment.
• La sixième enfin est le "dragon planant", c'est l'esprit qui ordonne le tout, le roi-dragon céleste.


10°/ Nom du Jutsu >> Ryu no Tate (« Le Bouclier Draconien »)
Domaine >> Ninjutsu
Description de l'effet >> Le corps entier de Gaiden se voit recouvert d’une épaisse carapace d’écaille, donc la nature est mystérieusement inconnue. Il s’agit en fait de l’invocation de son sceau, lui permettant de pouvoir se défendre lors de ses assauts quand son sceau est activé.
Réduit de moitié les dégâts infligés par un Ninjutsu de type Kâton, Suitôn. Annule complètement les dégâts dus à un Taijutsu.
Restriction >> Utilisable uniquement durant le tour adverse. Nécessite l’utilisation préalable de Gokunjin – 1ère Partie.


11°/ Nom du Jutsu >> Raikouhou (« Canon d’Eclair Rougissant»)
Domaine >> Ninjutsu
Description de l'effet >> Il s’agit en fait d’une puissante technique de Raiton, élément très peu connu à ce jour, et dont les dragonniers avait une maitrise étrangement parfaite. En concentrant leur système nerveux, il pouvait faire apparaitre d’immense nuage électrique, leur permettant d’apporter pluie, et de ce fait abondance dans leur récolte. Aujourd’hui, Gaiden ne possède que peu de techniques, et celle-ci en fait partie. Après avoir touché son adversaire, ce dernier se retrouve paralyser l’espace de quelques instants, permettant à Gaiden d’attaquer encore plus rapidement et plus fortement.
Description Visuelle >> Une puissante et éblouissante boule d’énergie électrique apparait le long de son bras, et sur le bout de ses doigts.


12°/ Nom du Jutsu >> Shunshin no Jutsu (« Le pas divin»)
Domaine >> Ninjutsu
Description de l'effet >> Cette attaque ne permet pas d'esquiver des attaques ni de se déplacer à grande distance elle permet juste de se déplacer sur de très courtes distances. Elle n'est pas non plus une technique de combat car cela fait des feuilles ou de la fumée donc prévisible


Armes







Citation :
Nom de l'arme : Kojihiryuu

Type
Katana unique

Contrainte
Le pouvoir du dragon ne peut être utilisé que durant une courte durée, car la quantité de chakra usité par ce pouvoir est énorme. Par ailleurs l'utilisation du déploiement des techniques nécessite l'utilisation du sceau de niveau 2.


Techniques liées au pouvoir de Kojihiryuu

Accessible au niveau 1 du sceau :

Mikazuki (croissant de lune) :
Une puissante lumière bleue émane petit à petit de la lame, et lorsque celle ci est d'un éclat blanchâtre éblouissant, Gaiden , après avoir effectué un coup en direction de son ennemi, "envoie" la lame en direction de son adversaire. Il s'agit en fait d'une concentration de chakra pure élevée à très haute température , scindant les airs par un sifflement et dans une rapidité extrême. Si elle touche sa cible, il est fort probable qu'il ne se relevera pas. Néanmoins cette technique recquiert un temps de préparation assez long, ainsi qu'un long moment de récupération après son utilisation.

Meigetsu Tate (lune défensive) :

Cette technique pourrait être comparable à la technique défensive des Hyûga : Hake Shou Kaitten. Cependant, il y a un rapport avec la première technique. La préparation est plus rapide, et une fois que le katana brille aussi magnifiquement que la pleine lune, il se met à tournoyer, usant des propriétés aérodynamiques, et de la chaleur condensée par la lame. Sa vitesse est telle qu'il peut parer n'importe quelle attaque ou projectile. Cependant le temps de récupération est similaire à Mikazuki, voir légèrement supérieur. Deux utilisations maximum par combat , bloquant uniquement le taijutsu.


Accessible au niveau 3 du sceau :

Shounetsujigoku :
Pour pouvoir utiliser cette technique, Gaiden doit avoir développer le niveau ultime de son sceau. Il doit également réaliser une invocation oral, ainsi qu'une série de 13 signes correspondant aux 8 portes et aux 5 affinités . S'il se trompe durant l'invocation, ou bien dans les signes, il devra non seulement s'y reprendre, mais en plus il pourrait se prendre à son propre piège ... L'âme du mourant est tout simplement absorbée par l'âme de Kojihiryuu, ce qui lui permet d'accroitre sa puissance de façon proportionnel à la force du ninja.

Maître, puisqu'une fois tu te rapproches de nous,
Puisque tu veux connaître comment les choses vont en bas,
Et que d'ordinaire tu te plais à mon entretien,
Je viens vers toi dans cette foule.
Pardonne si je m'exprime avec moins de solennité :
Je crains bien de me faire huer par la compagnie ;
Mais le pathos dans ma bouche te ferait rire assurément,
Si depuis longtemps tu n'en avais perdu l'habitude.


Dernière édition par Kurushimeru Gaiden le Sam 18 Avr - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Taïga
Nuke-nin de rang B
Nuke-nin de rang B


Nombre de messages : 303
Age : 25
Avertissement : Objection !
Elements : Youton
Personalized field :
Points RP :
20 / 10020 / 100

Village : Nukenin de Kusagakure
Date d'inscription : 18/04/2008

Feuille de personnage
Chakra:
100/100  (100/100)
Vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Kurushimeru Gaiden   Sam 18 Avr - 15:00

Ta présentation ne suis pas notre modèle donc voila. En plus tu as vraiment juste copier/coller la présentation que tu m'avais montré hier, t'as même pas chercher à l'adapter à notre forum c'est un peu du foutage de gueule. En plus je t'avais prévenu qu'on aimait pas la surpuissance et t'as vu le nombre de techniques que t'as mis.... bref c'est n'importe quoi

_________________

+Mort le 04/04/09+


Hello


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kurushimeru Gaiden   Sam 18 Avr - 16:16

C'est entre autre la raison pour laquelle je t'avais demandé certaines choses ... Bref, je ne pensais pas que le fait de ne pas mettre "Défaut, Qualité ..." mais de faire quelque chose de simple (d'ailleurs dans la description morale, il y a les défauts et qualités de Gaiden ...) . En ce qui concerne les techniques, une personne du niveau Juunin en possède surement plus que ça encore ... C'est simplement que dans le manga, nous ne voyons en générale que les techniques habituelles, ou bien encore les techniques les plus puissantes .

Quoi qu'il en soit, si cela ne plait visiblement pas, alors je n'ai pas ma place. J'avais posté afin de savoir ce que je devais changer. Quoi qu'il en soit, tu peux tout supprimer si tu veux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kurushimeru Gaiden   Lun 20 Avr - 7:37

J'ai édité depuis quelques jours maintenant ... Si vous n'avez pas de réponse à me fournir dites le moi, et je prends mes valises (à ne pas prendre pour une attaque)
Revenir en haut Aller en bas
Uchiwa Itachi
Ancien membre de l'Akatsuki
Ancien membre de l'Akatsuki


Nombre de messages : 1330
Age : 22
Avertissement : Uchiwa Itachi ~ Mort ~ Compte actif : Kabuto Yakushi ~ Fondateur ~
Elements : Katon
Personalized field :
Points RP :
20 / 10020 / 100

Village : Déserteur de Konoha, Membre de l'Akatsuki
Date d'inscription : 28/11/2007

Feuille de personnage
Chakra:
9/100  (9/100)
Vie:
24/100  (24/100)

MessageSujet: Re: Kurushimeru Gaiden   Lun 20 Avr - 18:50

Désolé mais on ne fait pas que regarder les présentations tout le temps ! On a une vie ( bon d'accord, beaucoup sur l'ordi, mais quand même ! )...

Donc patiente un peu. Ton histoire est longue, et si tu veux des commentaires constructifs prends ton mal en patience. On va tenter de te répondre prochainement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kage-shinobi-no-rpg.forumd.biz/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kurushimeru Gaiden   Aujourd'hui à 8:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Kurushimeru Gaiden
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NINJA GAIDEN (MEGADRIVE)
» Ninja Gaiden 2
» Ninja Gaiden
» Test bis : Ninja Gaiden
» Ninja Gaiden NES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kage Shinobi no RPG :: Hors RP :: Présentations :: Présentations refusées-
Sauter vers: