Kage Shinobi no RPG

~ La fin d'une génération prépare le début de la suivante... dominée par les conflits et par la guerre... ~
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Escale au pays de la brume

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soy Kaneko
Jônin
Jônin


Nombre de messages : 5
Age : 22
Points RP :
20 / 10020 / 100

Date d'inscription : 16/07/2008

Feuille de personnage
Chakra:
100/100  (100/100)
Vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Escale au pays de la brume   Mer 24 Sep - 16:10

Un léger grincement, devenu sans doute trop habituel pour la moitié des clients, annonça que la porte venait de s’ouvrir. Un homme, grand et large, le crâne rasé traversé par une cicatrice pourpre leva les yeux. Un verre se posa sur le comptoir, dans un petit bruit cinglant. L’homme l’attrapa, le passa hâtivement sous l’eau et l’essuya ensuite à l’aide du vieux torchon rouge qui était posé sur son épaule, quelques secondes plus tôt. Après avoir rangé le contenant, il reposa son regard pour la silhouette qui venait de pénétrer dans la sombre taverne. Il ne lui fallu qu’une dizaine de secondes pour identifier sa nouvelle clientèle. Ses dents se serrèrent, son poing se referma brusquement sur le torchon qui tenait encore et ses gros sourcils se froncèrent. Encore elle… saleté de gamine. Cette fois, elle n’allait pas s’en sortir aussi facilement, il allait lui faire payer son insolence, une bonne fois pour toute. La dite gamine s’approcha du comptoir et y posa sa main droite, comme si de rien n’était. Elle s’assit lentement sur le bord de la planche de bois, geste qui lui valu le droit d’être à la même hauteur que celui qui lui faisait face, enfin. Ses longs cheveux brins attachés en une tresse serrée se balançaient de droite à gauche, comme une pendule indiquant l’heure à longueur de journée. Avec un petit sourire méprisant et un regard insolent, elle le fixa, se dressant de tout son orgueil au nez du gros dur, enfin chacun son adjectif.

- Une bière, et que ça saute. Bouge ton cul gros tas, pour une fois !

Trop, c’en était décidément trop. L’homme au crâne luisant abattit son solide poing sur le comptoir, faisant sursauter la jeune fille qui s’était assise dessus. Sa patience avait atteint ses limites, ce petit jeu avait assez duré. Le torchon rouge, vieillit par le temps, se posa doucement au sol, atterrissant sur une des grosses chaussures de la brute. Son regard se durcit à nouveau et il montre ses dents à son interlocutrice de choc. Cette dernière eu d’ailleurs de droit d’admirer une mâchoire aussi large et coupante que celle des requins, spectacle qu’elle se contentât de définir comme étant « sans intérêt et minable à souhait ». L’homme éclata, et son poing s’approcha à une vitesse folle du visage de la jeune fille. Elle porta rapidement la main à son sac et en sortit un couteau sur lequel la pauvre lumière qui éclairait la pièce se reflétait. Les autres clients, assis ça et là de la pièce, se retournèrent vers le duel qui s’était mit en place. Quelques éclats de voix encouragèrent l’un ou l’autre, désirant assister à une bataille sans merci. Un bruit sourd stoppa net toute l’agitation de la pièce. Un homme, une trentaine d’année sans doute, les cheveux noir en bataille et les yeux d’un vert éclatant, posa un regard désespéré sur les deux ennemis qui se tenait tête.

- Bon vous deux, foutez le camp ou j'ménerve ! Vous voulez vraiment me foutre sur le dos une sale réputation? Allez, du balais.

La fille le regarda un moment avec un air de mépris et se retourna vivement vers la sortie. Avant de refermer la porte derrière elle, elle leva le doigt du milieu sa main droite en tirant la langue. La grosse brute renifla un coup et trembla d'énervement. Il quitta le contoire et sortit à son tour. Le gérant balaya la salle des yeux et repéra les tables vides. Il s'arma de courage et se dirigea vers la table disposé à droite de celle de Soy. Ce dernier n'était d'ailleurs pas encore servit, mais ayant pour consigne d'attendre ses deux compagnons de route, il avait décidé boire en leur compagnie. Comme ça, ils payeraient pour lui. Tout se gagne. Le nukenin se remit à jouer avec la petite bille de bois polie qu'il avait patiemment affuté pendant les longues veillées auprès du feu. Depuis deux jours, Maï et Gan avaient décidés de s'installer à Kiri pour rechercher des informations sur un des combattants de l'akatsuki, originaire de ce pays. Bien sûr, Soy avait été chargé de garder les affaires des deux autres nukenin et leur réserver une chambre dans le meilleur hôtel qu'il trouverait. Toute la journée, il devait attendre. Attendre, tout seul. Le jeune homme étouffa un juron au moment ou le chat enfonça ses griffes dans sa cuisse.


Ouai, ouai... presque tout seul. Franchement, quelle poisse.

Le chat tigré posa les deux petites fentes qui lui servaient d'yeux sur son maître et esquissa une sorte de sourire. Ses dents pointues se découvrirent sous la lumière et Soy retourna à son petit jeu. Il faisait passer la petite bille d'un main à l'autre, de plus en plus haut. Rien de vraiment passionnant. Un petit courant d'air vint lui chatouiller les narines et il leva la tête vers la porte. Deux personnes, vêtues de noir et enroulées dans des vêtements chauds franchirent la porte. Soy rangea son jouet et poussa les deux chaises devant lui. Immédiatement, Maï et Gan prirent place en face de lui, révélant leurs visages. Ils n’avaient pas change depuis leur depart d’Oto, se qui faisait souvent sourire Soy. Lui, par contre, avait viellit. Cela se voyait dans sa musculature et son visage qui semblait plus calme et posé. Avant qu’ils n’est eu le temps de mettre Soy au courant de leur découvertes, le barman s’avança.

-Vous voulez quelque chose ?


-Un repas chaud et énergisant pour chacun de nous s’il vous plait. Mais, je n’aime pas les anchois. Alors si vous pouviez éviter…

L’homme sourit à Maï et s’en retourna à son contoir. Soy regarda Gan et attendit que ce dernier lui fasse part des informations trouvées pendant la journée. Pourtant, il ne dit rien. Pendant environ cinq minutes, Gan ne se soucia que de la santé de Maï. Soy dû attendre que les assiettes chaudes soient servit pour qu’ils entament la conversation. Ils n’avaient pas découvert grand chose, à part l’utilisation que ce nukenin de Kiri faisait de son chakra. Gan expliqua plusieurs petites anecdotes à Soy avant de se concentrer sur son repas. Après avoir manger et bu, les trois compagnons montèrent à l’étage et s’installèrent dans leurs chambres. Soy se retrouva seul, une fois de plus. Il se glissa dans son lit et laissa le chat se blottir sur la couette. Il l’observa quelques instant.

Ce n’était peut être pas une si bonne idée… Oto n’était peut être pas la bonne solution à mon problème. J’aurai dû réfléchir. Bien sûr, je devrais toujours plus réfléchir. Mais arrêtons de remuer les mauvais souvenirs. Je suis parti, et c’est pour toujours. Tu n’es pas d’accord…? Si… tu es toujours d’accord.


Soy soupira dans la pénombre et ferma enfin les yeux, s’abandonnant au sommeil…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Escale au pays de la brume
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour au Pays Imaginaire(libre)
» Pays de Givlimar : St Orano
» Idee: Pays-Unis-de-Generation-City
» La Voile de Brume
» [Prologue à La Tempête : humains] L'escale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kage Shinobi no RPG :: Kiri no Kuni :: Centre-Ville :: Auberge-
Sauter vers: