Kage Shinobi no RPG

~ La fin d'une génération prépare le début de la suivante... dominée par les conflits et par la guerre... ~
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Présentation de Soy... * générique qui fait peur * >.<

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soy Kaneko
Jônin
Jônin


Nombre de messages : 5
Age : 22
Points RP :
20 / 10020 / 100

Date d'inscription : 16/07/2008

Feuille de personnage
Chakra:
100/100  (100/100)
Vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Présentation de Soy... * générique qui fait peur * >.<   Mer 16 Juil - 0:38

Double compte de Kris !! Pour l'histoire, il est possible qu'elle ne soit pas au goût de tout le monde, puisque que j'ai pris un malin plaisir à mélanger les styles d'écritures !!! une fois narrateur, une fois non, une fois délirante, un fois... enfin bref ^^ !

Nom :
Kaneko

Prénom :
Soy

Age :
21

Grade :
Juunin…

Village :
Oto, bien qu’il n’y soit que très peu souvent.

Histoire :
Trêve d’idéal. Allongé sur son lit, enfant rêveur se demande. A quoi bon… Pourquoi le vent fait valser l’herbe, alors qu’il est seul et qu’elles sont des milliers ? Pourquoi les hommes mangent les bêtes, alors qu’elles les aident, dans leur travail quotidien ? Combien de temps me reste t’il avant demourir ? C’est vrai ça, combien de temps. Est-ce que la lumière du jour est un phénomène naturel ? Ou sommes nous enfermés dans un monde virtuel, sans issues ? Peut être… surement même. L’enfant se lève, on l’appelle au loin. Quelle chance de nos jours d’avoir encore ses parents. C’est vrai ça, la vie épargne tout de même quelques bonnes âmes. L’enfant penseur descend de son nid aux creux des nuages et s’attable pour une longue journée. Le foin attend ses créateurs et l’enseignement frappe à sa porte. Il se lève, marche et apprend. Futur défenseur du maître, futur rôti sur l’abattoir… Finie, la journée semble moins longue qu’à son commencement. L’enfant prodige souffle un coup, enfin. La soirée s’annonce plutôt bien, il parait que la lune sera pleine. Avant de se remplir le ventre, un temps de jeu s’adresse à l’enfant. Il le fixe, le tâte et le test. Mais seul, l’intérêt est partit. Oui, l’enfant unique s’ennuis, allant jusqu’à recréer des jumeaux virtuel. L’imagination est la plus grande force du ninja. C’est sa règle, sa propre invention. Il joue, s’amuse avec deux brins d’herbe, pour passer le temps. C’est comme ça, les journées sont longues. La nuit s’approche à pas de loup, l’enfant s’endort sous la lune bienveillante. C’est comme ça tout les jours, c’est comme ça toutes les nuits. Et puis, les années passent. L’enfant devient l’adolescent. Le rêve est intacte, perdu entre deux questions, au fond d’un esprit tordu et incompris. Les pensées volent, à certain moment. Il progresse, l’adolescent protégé. Il apprend à se battre, il apprend à tuer, il apprend à comprendre. Mais les questions fusent, encore et toujours. L’adolescent est toujours unique, on ne lui volera pas ça. Le corps évolue, mais la tête reste la même. Le talent prend de l’ampleur, on ne lui en veut pas, il en faut bien te temps en temps. L’adolescent prodige s’entraine, seul, comme d’habitude. Les regards sur lui le dérangent, l’empêche l’évoluer tranquillement. Et puis soudain, un autre. Les regards se tournent et observent le nouvel arrivant. Il est fort, il est beau, il est si… parfait. L’adolescent rêveur s’en retourne à sa routine, ses habitudes lassantes et sans plus beaucoup d’intérêt. Mais, la jalousie l’emporte. Il regarde, essaye d’apercevoir cet étranger, qui fait fureur. Parfait, trop parfait. L’adolescent s’en va, la tête haute, personne ne le regarde. Il parait que c’est comme ça, depuis la nuit des temps. L’adolescent serre les poings et rêve d’un jour meilleur. Les étoiles le fixent et la lune pointe sur lui un de ses longs et fins doigts extraordinaire. Il pense, il réfléchit, comme d’habitude. Pourquoi on le préfère ? Pourquoi lui ? Qu’a-t-il de plus que-moi ? Je ne comprends pas… Tout cela n’a plus aucuns sens. L’adolescent se tourne et se retourne dans son lit d’adolescent. La vie est injuste, non ? Mais c’est comme ça, il n’y changera rien. Petites douleurs d’adolescent s’endorment sous la lune pleine, une fois de plus.

------

Soy Kaneko, juunin du village d’Oto, passionné d’écriture. Il aime écrire se qu’il voit, se qu’il entend, se qu’il ressent… C’est comme ça, on ne lui volera pas. Les mots l’inspirent depuis tout petit, depuis toujours. Il raconte sa vie sous le nom d’un autre, sous l’esprit de son double. Soy est un homme, il en est sur. Enfin, presque. Aujourd’hui, il est assit sur une pierre assez imposante qui donne une étrange impression de supériorité. Autour de cette structure solide, l’herbe flotte au vent qui souffle sur les plaines du pays du riz. Au loin, on peut apercevoir quelques arbres, encore munies de toutes leurs feuilles, pour encore un petit temps. L’hiver est de plus en plus proche, mais il fait encore une chaleur étonnante. Les fleurs ont bien sur presque toutes disparu, suivant à la lettre les saisons. C’est vrai qu’il fait drôlement beau cet après midi, c’en est presque inquiétant. Enfin, la nature a toujours plu à Soy, d’une manière ou d’une autre. Sur les genoux du jeune homme, un calepin en bois, sur lequel sont disposés une dizaine de feuilles blanches. Dans sa main, un crayon, ou plutôt se qu’il en reste. Oui, le chat en à croqué un bout l’autre jour. Saleté de chat. Comme pour répondre à la soudaine pensé du ninja, un miaulement doux et agréable vient faire frissonner les oreilles de Soy. Le chat, avec ses grands yeux pétillants et pleins de mystères est de retour. Il était allé faire un tour dans la petite forêt de sapin, là bas. Enfin, si l’homme s’est assis ici, se n’est pas pour chômer. Un rapide coup d’œil sur sa feuille lui fait comprendre qu’il y a encore quelques passage de sa vie à racontée, encore quelques lignes à écrire.

------

On n’avait pas de souvenir de ce jour là. On sait juste que c’était il y a longtemps, un soir d’hiver, à se qu’il parait. Pour Soy Kaneko, la vie à débuter le jour de sa 4ème année. Avant, c’est le vide complet. C’est dommage d’ailleurs, il parait que la soirée avait été bonne, ce jour oublié. Sa mère lui avait raconté. La bière coulait à flot, le sapin venait d’être apporté dans la petite maison de bois et les enfants regardaient avec attention la neige tombée du toit. Sigh et Nazka étaient encore de jeune babins, la frimousse tout ébahie au moindre changement. Il parait que jamais le village d’Orëska n’avait pensé avoir d’aussi beau jour devant lui. Ce petit village, perdu dans les plaines du monde ninja. On devait y compter seulement une dizaine de maisons, remplit à craquer par ces habitants souriants et plein de bonnes volonté. Ça faisait du bien de savoir qu’on pouvait compter sur ses voisins, bien que les frontières avec Oto soient extrêmement proches. Trop, sans doute. La naissance du troisième enfant avait été un bonheur presque incompréhensible pour le clan Kaneko. Un petit clan, inconnu pour la plupart, largement apprécié pour le reste. Moko, chef de famille, père de trois enfants à présent, se révélait être un bel homme. Ses larges épaules et ses cuisses musclées rappelaient son passé ninja à Kiri et ses journées entières passé aux champs, à ramasser le foin. C’était un homme courageux, intelligent, calme... Un exemple pour ses enfants. Satya, elle, avait eu le bonheur de rencontré un mari comme lui. Ils écoulaient ensemble des jours paisibles, à élever leur trois enfants. Loin de la politique des pays ninja, loin des guerres, loin des autres… Son caractère était connu pour être des plus rude, mais sa gentillesse dépassait de loin celle de toues les autres fermières d’Orëska. Avant Soy, était né Sigh, un jeune garçon plein d’espoir et de nouveautés. Puis Nazka avait vu le jour. Toute mignonne avec ses cheveux blonds, souvent noués en deux longues tresses blé. Elle était douce et réfléchit, mais pouvait atteindre un point d’excitation qu’on ne lui connaissait pas beaucoup. Petite famille tranquille, vivant une petite vie paisible. Rien de plus agréable, que de se sentir libre. Mais on le sait, on s’en doutait. Non, la vie n’est pas aussi simple, pas aussi belle… Oto, un matin de grisaille, la guerre éclate. Deux autres villages cachés ninja, Konoha et Suna, on décidés de mettre fin ensemble à la politique sans merci d’Orochimaru-sama. Même d’Orëska on entend les cris, la douleur, la mort… on imagine le sang, les ninjas servant de tapis de sol, etc… Soy a 4 ans. Les premiers souvenirs, le début de sa vie. Nazka et Sigh, eux, on une dizaine d’année et regardent par la fenêtre l a fumée montée au dessus d’Oto. On frappe à la porte, on ouvre. Trois hommes, des ninjas, viennent chercher Moko. Rien ne les fera reculer, certainement pas les hurlements poussés par Satya, les larmes aux yeux. Tous les hommes furent emmenés, pour se battre. Et puis, c’est la vie. Quelques jours de feu et de sang, et tout redevint comme avant. La guerre avait tout de même laissé une bonne partie des champs déracinée et tuer une bonne partie des animaux. C’est comme ça. Orëska fut tout de même épargné par les assaillants, heureusement.

------

Le crayon dérape de la feuille et atterrit sur l’herbe verte. Soy baisse la tête et aperçoit le chat, en train de se lécher les poils. Il a l’air de trouver ça amusant, tant mieux. Le crayon de bois rattrapé, le ninja se penche sur ses dernières phrases. Etrangement, son style d’écriture a complètement changé en deux paragraphes. C’est vrai que c’est assez bizarre, mais pas dérangeant. Après tout, il n’écrit pas pour les autres, alors à quoi bon. Avec un soupir, l’homme ferme les yeux, pour faire remonter à la surface, la suite de l’histoire.

------

J’ai grandit. Mon frère, Sigh, est partit de la maison le jour de ses 18 ans. Il a dit qu’il voulait gagner sa vie dans un grand village et qu’il ne remettrait jamais les pieds ici. Il a embrassé ma mère deux fois, ainsi que ma sœur et il m’a serré la main. Je devais avoir neuf ans, à quelques semaines près. On l’a regardé partir, les larmes de ma mère comme générique de fin. C’était triste, mais il fallait s’y attendre. Moi non plus, à cette époque, je ne voulais pas finir ma vie dans une maison en deuil depuis toujours. Ensuite, la vie à continuée, une fois de plus. Les champs donnaient de moins en moins de blé et les animaux mourraient au fur et à mesure que a mère ne s’en occupait plus. Les habitants du village sont partit, les uns après les autres, avec leur baluchons sur le dos. Nous n’étions plus beaucoup, moins de quinze habitants. Ma mère, se laissait mourir de jours en jours, le poids de la misère pesant trop lourd sur ses épaules. Elle était dans un triste état, la pauvre. Nazka, elle, rêvait, je le sais. Elle voulait partir loin, avoir de l’argent, de belles robes et un travail. Alors, tout est allé très vite. Un soir, devant la soupe aux choux immonde, ma sœur a craquée. Elle s’est mise à crier, à taper sur la table et à renverser les chaises en bois. Au bout d’une dizaine de minutes de furie, elle à éclatée en sanglots, la tête dans les bras, effondrée sur la table. Ma mère à eu pitié d’elle, enfin. Elle a levée la tête, m’a fixé un petit moment et a finit par se lever. Elle a pris tout se que nous avions dans la cuisine et dans les chambres et a tout mit dans deux grosses valises en cuir déchiré. On a pris notre dernier cheval encore capable d’aligner quelques kilomètres et on est partit, comme ça. C’est long, les voyages. C’est beau, les paysages. Il faisait froid, mais pas trop. On a marché pendants quelques jours avant que me mère ne commence à se plaindre de mal au dos et au ventre. Alors on s’est arrêter dans le premier petit village qu’on à aperçu. C’était bien, les gens y étaient très chaleureux. Ils ont soigné ma mère comme ils ont pu, de façon à se qu’elle puisse reprendre la route avec nous. Quand on est repartit, ils nous ont demandés où l’on allait. Ma mère a tournée le dos, et est partit, le cheval derrière elle. Nazka et moi l’avons suivit encore quelques jours, jusqu’à arriver devant un large mur. Deux gardes étaient là, la mine déconfite. Ma mère leur a demandé l’asile, pour nous trois. Ils ont refusés. Alors, on à continués notre périple, l’eau commençait d’ailleurs à manquer. On se nourrissait avec l’argent qu’ils nous restaient et se que l’on trouvait au passage. Pour finir, on a débouché dans un large désert. Sigh m’en avait parlé une fois. J’étais heureux, c’était si beau. Ma sœur et ma mère, elles, semblaient horrifiées. Et oui, quand on a l’âge que j’avais à ce moment là, on ne se soucis pas des conséquences. L’eau. Au bout d’une semaine de cavale dans le sable chaud, on s’est arrêté. Me mère était assoiffée et malade. Le cheval n’était plus que quelques os, que l’on avait abandonnés au loin, entre deux dunes, je ne sais plus vraiment où. On a essayé du mieux que l’on pouvait de faire de l’ombre à notre mère, mas le soleil tapait trop fort. Alors, Nazka et moi avons criés de toutes nos forces, en vain. Ma mère est morte, rien de plus surprenant. On l’a laissé là, dans le sable, à pourrir. Ce n’était pas terrible, mais je sentais que Nazka allait encore craquée, et moi je ne me sentais pas très bien non plus. On a pris les bijoux de ma mère et sa nourriture et puis on a continué de marcher. Et puis, au bout d’un moment, on est arrivé devant un mur, un très grand mur, qui semblait ne jamais se finir. J’étais impressionné. C’était si grand ! Nous avons longé le mur, qui tournait, à ma grande surprise, pour effectuer un cercle complet et parfait. Soudain, une large ouverture apparu. Quatre hommes, des ninjas, se tenaient devant, un jeu de carte dans les mains. Quand nous nous sommes présentés, ils n’avaient pas l’air de se soucier de nous. L’un d’entre eux nous demanda de le suivre, à l’intérieur de l’énorme cercle. C’est la première fois de ma vie que je vis autant de maison et de grands bâtiments. Suna, s’élevait devant mes yeux ébahis et ma gorge sèche.

------

Soy s’arrêta là. Suna, cela faisait longtemps qu’il ne s’était pas replongé dans cette partie de son histoire. Une seconde vie, presque. Ça avait été si beau, si grand, si inespéré… qu’il en avait pleuré ce jour là. Que d’années ont passés depuis. Le ninja pose son crayon et s’étire lentement. C’est amusant, de toujours changé de style d’écriture. Le chat s’est endormit au pied du rocher, il a bien raison. Soy, le regard un peu perdu, attrape de quoi grignoter dans son sac. Ça donne faim l’écriture. Mais la partie la plus lourde reste à écrire… L’homme prend son souffle et s’élance dans un nouveau paragraphe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soy Kaneko
Jônin
Jônin


Nombre de messages : 5
Age : 22
Points RP :
20 / 10020 / 100

Date d'inscription : 16/07/2008

Feuille de personnage
Chakra:
100/100  (100/100)
Vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Présentation de Soy... * générique qui fait peur * >.<   Mer 16 Juil - 0:40

Soy a 13 ans. Avec sa sœur, ils ont été acceptés dans le village caché de Suna depuis maintenant un peu plus de deux années. Ils ont été recueillit par un couple privé d’enfants, à cause de la stérilité de l’un d’eux. Les deux enfants sont bien soignés, leur nouvelle maison est des plus coquette et de nombreux animaux leurs tiennent compagnie. C’est presque la belle vie, presque. D’ailleurs, ils n’ont pas retrouvé Sigh, peut être est il mort de soif ou de faim, qui sais. Soy s’est fait quelques amis dans le quartier où il habite. De plus, ses nouveaux parents l’on inscrit à l’académie de ninja. Le jeune adolescent à réussit l’épreuve des genins avec brio, et à reçu les félicitations de ses professeurs. Il a toujours été bon élève, c’est comme ça. Le bandeau de son village ne le quitte presque jamais. Il l’aime, et il est sûr que c’est réciproque, va savoir. Dans sa nouvelle équipe de ninjas, il y un garçon qui à le même âge que lui. Il se nomme Tetsuo Tanaka et est très sympa. Il a des courts cheveux blonds et des yeux très noirs. C’est d’un contraste très esthétique, il a beaucoup de succès auprès des filles ! Le troisième maillon de notre équipe de genin est une fille. Ayano Manabe est la meilleure élève de la promotion cette année. Elle est assez réservée, discrète et travailleuse, mais son humour n’a pas de limite. Ses longs cheveux d’un beau bleu ciel lui arrivait aux épaules, mais étaient trop souvent attachés en une simple queue pour qu’on puisse en voir leur éclat naturel très envoutant. A eux trois, ils formaient un trio plein de promesses et d’avenir. Tara Kosaké était leur sensei. Jeune femme pleine de bonté et de bonne volonté, elle n’en était qu’à sa première équipe. Ainsi, l’équipe n°4 créa des liens incassables au fil du temps. L’esprit d’équipe toujours présent, ils évoluèrent dans une bonne ambiance et apprirent vite. Etant une assez bonne équipe, après seulement un an d’entrainement ils passèrent leur premier examen chuunin. La première épreuve ne fut qu’une formalité, mais la deuxième laissa Soy et Tetsuo sur le banc. Au résultat, Ayano passa chuunin. Les deux garçons touchés dans leurs orgueils passèrent quelques jours à médire de leur camarade, avant de prendre conscience de leur lâcheté et de félicité leur amie comme elle le méritait. A l’âge de 15 ans, Soy et Tetsuo passèrent à leur tour chuunin, rejoignant ainsi Ayano. L’équipe toujours en pleine confiance commença à s’enrichir de techniques et d’affinités. Ainsi, Tetsuo se découvrit une passion pour le katon, Soy pour le fuuton et Ayano pour le Hyoton. Cette dernière affinité étant plus complexe que les deux autres, la jeune fille eu le droit aux regards impressionnés de ses camarades. La journée, les équipes de ninja s’entrainaient, apprenaient… et le soir, Soy retrouvait ses amis et allais trainer dans le centre et parfois dans des soirées. Il était une bande de quatre copains qui comptait Soy, Tetsuo, Mazaki et Shiro. Tous âgé d’une quinzaine d’années, tous les quatre chuunin et près à rentrer dans la cour des grands, comme ils appelaient ça. Un soir, une fête, une occasion à ne pas louper ! Les quatre amis passèrent la soirée assis dans de confortables fauteuils, à regarder les filles en mini jupes passer juste devant leur nez, le sourire aux lèvres. C’est beau l’adolescence ! Et puis, il l’avait vu. Enfin, ils l’avaient tous vu. Ses longues et fines jambes avec une petite pointe de bronzage étaient recouvertes d’un court short en jean. A ses pieds, de petites chaussures noires brillantes. Un tee-shirt court, laissant apparaître son ventre musclé et ses bras longilignes. De longs cheveux violets soyeux et lumineux, lui tombaient jusqu’aux hanches. Ses yeux étaient d’un noir troublant et une pointe de malice se cachait dans son regard. Elle était si…si…

------

Le crayon se cassa en deux. Soy, les yeux exorbités, le front en sueur, fixait le papier. Ça faisait mal, ces souvenirs. Aya, la belle Aya… il s’en souvient, comme s’il l’avait revu hier. Le ninja fouilla dans son petit sac pour finalement tomber sur un deuxième crayon, identique en tout point au premier. Salope. Le visage soudainement fermé, il repose la mine du crayon sur le papier, la bouche tremblante.

------

A partir de se jour là, je n’eu d’yeux que pour elle. Aya Mori, ange parmi les anges… Elle faisait partie de l’équipe n°6, une très bonne équipe d’ailleurs. Au bout d’un an, je suis enfin arrivé à lui faire part de mes sentiments et ont à finit ensemble. Jaloux, Tetsuo, Mazaki et Shiro me crachèrent dessus en m’insultant de tous les noms… Ayano, tant qu’a elle, se désintéressa complètement de notre équipe et devint juunin en enchainant les succès. A cette époque, je n’en avais strictement rien à faire. J’étais avec Aya, et ça me suffisais largement. J’aurais du me méfier… A Suna, pour les ninjas en apprentissage, il y avait des règles très strictes. Les ninjas, qui soient mature ou non, n’avaient aucunement le droit d’avoir des relations sexuelles avec le sexe opposé avant leur 18 ans. Aya,elle, s’en foutait. C’est pour ça que le jour de mes seize ans, au beau milieun de la soirée, je m’étais laissé avoir et l’avais accompagné dans son petit jeu. Cette nuit là, je m’en souviendrais toute ma vie. C’était ma première fois, et ce fut loin d’être la dernière. Il faisait chaud, la chambre était celle des parents d’Aya, qui étaient partis en voyage à ce moment là. La jeune fille semblait encore plus belle sans ses habils… Et puis, tout s’est précipité. J’ai vite compris qu’elle était une habituée de ce genre de chose. Ma main glissait sur sa peau en sueur, remontrant de ses hanches jusqu’à son doux visage. J’étais le maître du monde…

------

Soy s’arrêta. Cette scène était passée, pas besoin de rentré plus loin dans les détails. Se promettant de ne plus s’arrêter sur ce genre de scènes, le ninja reprit son récit, la plume lourde.

------

Ce genre de nuit devint presque une habitude pour les deux adolescents. Une fois voir deux par semaine, en cachette. Les amis n’avaient plus de sens et plus de place pour Soy, seul Aya comptait au monde. Seulement, les risques, il les avait oubliés. Deux mois après cette nuit mystique, une main rageuse frappa la joue de Soy. Tara, plus énervée qu’il ne l’avait jamais vu, fixait son élève. La femme était rouge de colère et son regard était devenu insoutenable pour le jeune ninja. Enceinte, elle était enceinte. Aya, bien sûr. Leur secret était découvert, mais le pire pour Soy fut la trahison de sa belle. Pour essayer de se justifier et de pas être banni, Aya avait monté une histoire devant le Kazekage. La jeune fille en pleure, avait été cru par toutes les personnes se trouvant dans le somptueux bureau à ce moment. L’adolescente avait affirmé que Soy l’avait poussée à avoir une relation avec lui et qu’elle avait refusé. Mécontent, le jeune homme avait ensuite réussit à la violer. N’ayant aucunes preuves contre le mensonge de la jeune fille, aucuns amis vers qui se tourner pour démentir, Soy fut sévèrement puni. Après être passé en coup de vent devant le conseil de Suna, on l’envoya dans un petit cachot dans les sous sols de la tour principale et en plus de cette mise volontaire en quarantaine, un ninja spécialiste en médecine le priva, à l’aide de son savoir, l’un de ses cinq sens. A partir de ce jour, Soy ne ressentit plus jamais rien et fut privé du bonheur de sentir les objets sous ses doigts. Il passa donc trois semaines ainsi, à pourrir dans la petite pièce noire et froide, poussiéreuse et neutre. Le jeune homme se remit en question mainte et mainte fois, sans réussir à trouver plus de réponses. Devant la cellule, deux gardes surveillaient ses faits et gestes. Ils jouaient aux cartes, aussi simplement que cela puisse paraître. Personne ne rendait visite à Soy, hormis Nazka. Elle était à présent âgée d’une vingtaine d’années. Elle s’était fiancée peut avant avec un commerçant du village et comptait déjà un enfant dans sa petite famille. Soy, au fur et à mesure que le temps passait, découvrit à quel point ça faisait mal d’avoir délaisser ainsi ses amis… Et puis, quelque chose vint bousculer cette situation, comme une bonne étoile répondant enfin aux appels à l’aide. Il était presque nuit, quand soudain, Soy n’entendit plus aucuns bruits. Le rire des gardes s’étaient soudainement tu et le frottement que leurs mains effectuaient sur les cartes de jeu s’était lui aussi évanouie. Le jeune ninja se leva, curieux de voir se qu’il était arrivé de l’autre côté de la grille qui le retenait prisonnier. Il découvrit, au sol, les corps des deux gardes, figés et emprisonnés dans un cercueil de glace. Derrière eux, une silhouette capuchonnée et enveloppée’ dans une large cape noir, se tenait droite, comme imperturbable. La porte du cachot s’ouvrit une fois qu’elle réussit à introduire dans la serrure, la clé récupérée sur l’un des deux gardes assommés. Soy était libre. C’est alors, qu’il reconnu les traits du visage de son sauveur. Enfin plutôt, sa sauveuse. Puisqu’il s’agissait bel et bien d’une femme. Ayano… la coéquipière de Soy, la jeune fille prodige aux cheveux bleus, se trouvait devant lui. L’explication de la fugitive fut simple et rapide. Elle s’ennuyait à mourir dans le petit village de Suna, et avait décidé de partir. Elle en voulait plus ! Du pouvoir, des techniques, de la force… elle en voulait toujours plus. Alors, ele avait eu une idée après avoir interceptée une conversation entre le Kage et un ANBU qui rentrait de mission. Il était question à ce moment là d’une association de dangereux ninjas appelée Akatsuki. Elle avait la ferme intention de les rejoindre, d’une manière ou d’une autre. Si elle était venue libérée Soy, c’était pour se prouver qu’elle était à présent une nukenin et que sa décision était prise. Après avoir donné de quoi se nourrir pour quelques jours à son ancien compagnon, elle glissa une lettre dans laquelle se trouvait la raison de sa trahison. Les deux ninjas se sont ensuite enfuient, sans aucuns bruits. Par chance, c’était la nouvelle lune, et personne ne pouvaient les voir, à moins de posséder des yeux extrêmement affutés. Une fois de l’autre côté de la grande muraille, ils se séparèrent, sans un regard l’un pour l’autre. Ce fut la dernière fois que Soy entendit parler d’Ayano… Il n’avait emporté avec que le stricte minimum, amis grâce à l’enseignement patient de Tara, il était sur de se retrouver facilement dans le large désert. Avec un dernier coup d’œil pour le village qui l'avait recueillit, il jura vengeance. Il fallait absolument qu’il trouve un autre village ninja, quelque part, qu’il se venge d’une façon ou d’une autre… Le choix fût très simple et presque immédiat. Oto. Seul village ayant de la haine pour tout le reste du monde ninja, c’était l’endroit rêvé. Il lui fallut marcher cinq jours de suite dans le désert brûlant en s’aidant de ses connaissances sur le camouflage pour ne pas se faire repéré. Toutes ces années d’apprentissages lui servaient enfin. Au bout d’une semaine de route, il déboucha dans une petite forêt, suivit de près par une longue plaine qui s’étendait à perte de vue. Après quelques heures de chemin dans l’inconnu, Soy aperçu un petit village, perdu dans les grandes vallées. E jeune homme eu un petit pincement au cœur en repensant à son village natal, aux fleurs, aux arbres et aux pauvres animaux, qui étaient sans doute morts depuis des lustres… façon de parler. Arrivé devant les habitations, il fut très bien accueillit. On lui proposa à manger, à boire, ainsi que l’hospitalité pour la nuit, dans une charmante petite chaumière. Quand le jeune ninja demanda conseil pour aller à Oto, tous les regards se tournèrent vers lui. Avec un ton plein de mépris, le chef du petit village lui indiqua la route à prendre, ainsi que quelques raccourcis pratiques. Le lendemain, les habitants lui offrirent de la nourriture et de l’eau pour le reste du voyage. Soy repartit, la tête remplit de questions. Il n’avait que seize ans, tout de même. La compagnie commençait à lui manquer, de plus en plus. Il remarqua soudain qu’il portait toujours le bandeau de Suna autour du cou. Avec un geste sec, il l’arracha et le jeta à terre. Après avoir craché dessus toute sa haine, il reprit son chemin. Ce ne fut qu’au bout de quatre jours, qu’il arriva enfin devant les portes du village de la peur : Oto. Son admission fut compliquée. Ils avaient peur qu’il soit un ninja envoyé en mission ou quelque chose dans le genre. Au bout de six jours, Orochimaru-sama se décida enfin à le recevoir.

------

Soy fit une petite pause. Ça faisait beaucoup d’un coup, surtout les deux derniers paragraphes. Il approchait de la fin de son récit à présent. Il ne lui restait plus qu’à décrire sa nouvelle équipe, sa quête et... et le chat, aussi. D’ailleurs, le chat, où était-il celui la. Soy leva les yeux sur se qui l’entourait. Le ciel commençait lentement à se noircir et une étrange odeur de nourriture vint chatouiller les narines du ninja. Quelqu’un cria son nom, au loin. Maï. Soy répondit à l’appelle de sa camarade et lui demanda de l’attendre encore un petit quatre d’heure. C’est se qui lui manquait pour finir l’histoire.

------




Dernière édition par Soy Kaneko le Mer 16 Juil - 0:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soy Kaneko
Jônin
Jônin


Nombre de messages : 5
Age : 22
Points RP :
20 / 10020 / 100

Date d'inscription : 16/07/2008

Feuille de personnage
Chakra:
100/100  (100/100)
Vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Présentation de Soy... * générique qui fait peur * >.<   Mer 16 Juil - 0:41

Au moment où je suis rentré dans le bureau d’Orochimaru, un frisson à parcouru tout mon corps. Maman n’avait pas mentit, cet homme faisait peur. Sa peau était blanche, trop blanche. Ses yeux verts me fixaient, chose qui me mettait encore plus mal alaise. Puis il prit la parole. Il m’a expliqué les bases de ses projets. Quelques minutes après, deux autres personnes sont entrées dans le bureau. Un homme, d’environ vingt ans, des yeux presque transparents et de longs cheveux blancs sur une carrure impressionnante. Puis une femme, avec de simples cheveux bruns coupés à la garçonne et de doux yeux bleus. Elle devait avoir environ une année de moins que l’homme qui la précédait. Au moment où on m’a annoncé que c’était mon équipe, j’ai regretté Tetsuo et Ayano. Qu’es qui m’a pris de faire ça, bon dieu. Les présentations ont étés très rapide. Maï pour la fille et Gan pour l’homme. Je compris très vite que se n’était que des pseudonymes, leurs noms étaient sans doute trop longs à l’origine. Comme le mien était très court, j’ai eu le droit de le garder, à mon grand bonheur. Et puis, ils m’ont entrainés, dur, chaque jours un peu plus, un peut plus longtemps… Oto n’avait pas construit sa réputation sur de fausses idées. C’était rude, bien plus rude que nul part ailleurs. Mes épaules ont commencés à s’élargirent, mes techniques de fuuton se sont multipliées, mais ma santé avait commencé à baissée. Des missions nous ont été confiées, de plus en plus complexes. Ainsi, au cour de l’année de mes vingt ans, Orochimaru nous a convié dans son bureau. Il était fier du travail effectué par Gan et Maï, qui était devenu des adultes respectables et responsables. Moi, j’étais encore trop jeune pour avoir des compliments, mais ça viendra, je l’espère. Il nous à alors confié une quête. Il attendait de nous que notre équipe se déplace de village en village, et récolte le maximum d’information sur de plausibles et puissants ennemis. Il nous a aussi recommandé d’essayer d’en apprendre le plus possible sur l’association secrète « Akatsuki ». Il nous a laissé un délai de trois ans, ensuite, nous devrions revenir, si nous étions toujours vivants. IL a demandé à Maï et moi-même de sortir dehors et est rester pour parler à Gan. Nous avons attendu une bonne demi-heure, sans rien faire. Je n’avais pas réussit à créer des liens avec mes deux coéquipiers, et l’envie m’en manquait. Ce fut à ce moment là, qu’il est arrivé. Je sentis une petite pression sur mes bottes, alors que nous étions accoudés au mur principal. J’ai baissé les yeux pour découvrir au sol, un petit chaton tigré, tout mignon. Ses deux grands yeux globuleux me faisaient pitié, ça faisait longtemps. Ce fut comme un appel. Je n’arrivais pas à débloqué de ce chat. Il m’attirait, avec son petit air timide et la malice que l’on pouvait lire au fond de son regard. Maï s’est moqué de moi, elle avait de quoi. On aurait dis un enfant de cinq ans qui viendrais de découvrir les cadeaux au pied de son sapin de noël ! Puis, Gan est enfin arrivé. Sans un seul regard pour Oto, nous sommes partit. Le chat, il m’a suivit et il me suit encore. C’est un mystère, je n’en sais pas plus. Aujourd’hui, ça fait presque un an que nous sommes partit d’Oto et quelques informations nous sommes parvenues. J’ai du mal à vivre. Gan m’a promit que l’on repassera par Suna pour finir notre quête, j’y compte bien régler mes comptes. Mais, on m’appelle pour manger.

------

Soy pose son crayon avec un geste rapide dans son sac et se lève de son trône. Après avoir fait craquer son poignet, il jette un regard sur ses écrits et secoue la tête. Ça fait du bien, de temps en temps. Avec un petit soupir nostalgique, et se retourne et part en direction de la petite forêt. Saï et Gan l’attendent pour manger, auprès du feu, main dans la main. Le chat tigré le suit, comme d’habitude. Là, sur la pierre noire, quelques feuilles, posées sous un caillou, résistent au vent. Mais, plus pour très longtemps…



Physique :
Soy est un homme assez grand et imposant. Ses bras sont bien musclés et ses épaules larges à souhait. Pourtant, tout cela ne s’est pas fait en un jour. Les méthodes sont dures à Oto, impitoyables. Il a fallut travailler chaque jours un peu plus, un peu plus fort, aller un peu plus loin… Il porte un blouson et un pantalon de cuire qui recouvrent son corps. Son visage, lui, est neutre. Parfois, dans un excès de rêverie, il devient presque doux. Ses yeux sont tout simplement marrons, comme beaucoup. Les cheveux qui lui effleurent les épaules sont d’un gris terne, presque foncé. Autour de son cou, une chaine au bout de laquelle un pendentif s’agite à chacun de ses mouvements. Une croix. Sur cette dernière, quelques mots gravés dans l’argent. De simples mots de gentillesse, creusés dans la précieuse matière par sa mère, le jour de sa mort. Et oui, on peut être ninja et sentimental…

Capacité spécifique :
En gage de punition, cet homme à perdu le toucher, chose qu’il a encore du mal à accepter. Plusieurs fois, presque habituellement, il se frappe, se fouette ou s’entaille une petite partie du corps pour essayer de ressentir un frisson… Ce n’est que lorsqu’il atteint le sang ou les veines qu’une vive douleur se déclare. Il se sent normal, enfin…

Caractère :
Soy est un homme intelligent et possède une bonne réflexion. Malheureusement, son esprit tordu le laisse en questionnement incessant, ce qui lui vaut de temps en temps quelques sauts d’humeur et un comportement légèrement puéril. A certains moments, il s’énerve. Normal, il est humain tout de même. Le sang ne lui fait plus peur, il à été éduquer à Oto, respect s’il vous plaît… En plus de sa solitude, cet homme a une certaine tendance à déprimer, pour une raison ou une autre. Il est modeste et honnête, mais cela ne changera rien à son envie de vivre seul. Pour finir, en bon ninja, c’est un personnage assez adroit et habile, choses qui lui sont nécessaire car une arme lui manque pour le moment.

Qualité :
Travailleur, réaliste… Il possède une bonne connaissance des arts ninja, qu’il sait facilement mettre en œuvre. Depuis sa petite enfance, il à toujours été bon élève. Grâce à cela, il est a présent reconnu pour ses valeurs…mais seulement pour cela.

Défauts :
Silencieux, trop silencieux peut être. La nostalgie à eue raison de lui, c’est un homme solitaire. Mal dans sa peau, il ne se fait plus confiance. Maladroit avec le peu de personne qui lui accordent une attention, sa bouche est sèche de paroles… Son sourire n’apparaît que très peu, presque jamais, en vérité. Il est complètement associable. Les deux autres ninjas qui font la route avec lui ne lui portent pas beaucoup d’attention, préférant de loin vivre leur couple.

Aime:
Sentir le vent dans ses cheveux, le regard innocent du chat qui le suit inlassablement. Soy aime aussi se poser des questions complexes et mettre des jours et des jours à y répondre.

N'aime pas:
La foule, le bruit, l’agitation, l’accumulation de sueur…

Autre:
Depuis le commencement de sa quête, Soy est suivit par un chat, qui au fil du temps à grandit. Le petit chaton tigré noir et gris qui l’avait fixé de ses deux grands yeux globuleux est devenu adulte, toutes griffes dehors. Seulement, par deux reprises Soy a essayé de s’en débarrasser…en vain. Pourtant, l’homme à vu le cadavre de la bête, il en ait certain. Mais l’animal est revenu, avec ses longues dents pointues et son regard innocent. Question sans réponse, devenue presque habituelle.


Techniques :


Kazeken -Epée de vent

Plus résistante qu’une épée classique, elle peut être très utile pour les combats à distance.


Fuuton-reppuken -Cyclone dévastateur

Envoie une énorme rafale de vent en direction de son ou ses adversaires


Mugen Sajin Daitoppa

Percée infernale de poussière le shinobi lance une immense tempête de poussière


Ren Kuudan

Boule d'air compressée. Le shinobi crache une puissante boule d'air comprimé en direction de son adversaire



Daitoppa -grande percée


Le ninja souffle dans sa main et provoque un vent puissant qui empêche ses ennemis d'avancer et soulève de petits objets.


Fuuton, Reppushou - la Paume du Vent

Le ninja concentre son chakra dans ses mains, qui sont l'une contre l'autre, et il libère ce même chakra pour que cela produise un rayon de vent très puissant qui varie selon la puissance de l'utilisateur.



Pour ce qui est des techniques, si jamais vous avez plus d’idées par rapport aux descriptions >.< !!! Vous savez à quel point je déteste ça xDD !! ET aussi, désolé !! Je en pensais pas que l'histoire prendrait autan de place x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taïga
Nuke-nin de rang B
Nuke-nin de rang B


Nombre de messages : 303
Age : 25
Avertissement : Objection !
Elements : Youton
Personalized field :
Points RP :
20 / 10020 / 100

Village : Nukenin de Kusagakure
Date d'inscription : 18/04/2008

Feuille de personnage
Chakra:
100/100  (100/100)
Vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Présentation de Soy... * générique qui fait peur * >.<   Mer 16 Juil - 8:40

C'est vraiment génial *-*. J'ai eu vraiment beaucoup de plaisir à lire tout sa :B. Y a juste 3 petite choses que j'ai trouver. La première c'est qu'il me semble bizarre qu'il se fasse bannir de Suna. Normalement après avoir été ninja dans un village on ne te laisse pas partir car on ne veut pas que tu révèle des secrets aux autre villages. Deux, il trouve Oto un peux facilement, ou en tout cas tu dit pas comment il le trouve. Et enfin trois, tu ne fait pas mention du fait qu'il a perdu le toucher c'est dommage.

Voila, mal grès ces petites fautes ta fiche reste excellente :3 change juste les deux premières (la troisième c'est pas grave ^^) et sa sera bon pour moi.

_________________

+Mort le 04/04/09+


Hello


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soy Kaneko
Jônin
Jônin


Nombre de messages : 5
Age : 22
Points RP :
20 / 10020 / 100

Date d'inscription : 16/07/2008

Feuille de personnage
Chakra:
100/100  (100/100)
Vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Présentation de Soy... * générique qui fait peur * >.<   Mer 16 Juil - 13:14

Pour le problème du toucher, je m'y attendais un peu >.< !! Je vais essayer de glissé ça quelque part dans l'histoire ! Et aussi, je crois que tu as touché le point le plus sensible de mon histoire, le passage de Suna à Oto ^^" ! Je vais recommencer cette partie là, mais j'avais peur que cela fasse trop et prenne trop de place dans ma présentation, mais puisqu'on me le demande ^^ ! Je vais décrire le passage dans le désert et le chemin pour retrouver Oto, et pour être banni de Suna... va falloir que je me bouge les neurones, parce que pour le moment ça me pose problème >O< !!! j'édite dès que j'ai le temps !

EDIT : pour éviter les post inutiles, je met mon édit ici, et vous prévient !!! Tous se que j'ai changé ou éditer est écrit en rouge, pour la simple et bonne raison que cela sera plus pratique pour ceux qui ont déjà lut l'histoire ^^ ! Voilà :B !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taïga
Nuke-nin de rang B
Nuke-nin de rang B


Nombre de messages : 303
Age : 25
Avertissement : Objection !
Elements : Youton
Personalized field :
Points RP :
20 / 10020 / 100

Village : Nukenin de Kusagakure
Date d'inscription : 18/04/2008

Feuille de personnage
Chakra:
100/100  (100/100)
Vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Présentation de Soy... * générique qui fait peur * >.<   Mer 16 Juil - 20:32

Après changement t'as fiche est encore plus génial :3 je valide sans hésitation. Comme tu le sais attend la validation d'un autre admin/modo =)

_________________

+Mort le 04/04/09+


Hello


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kimomira Fogimi
Ex-membre ~ Vétéran de la V1 ~ Eternel Inactif ~ Ancien Admin et Co-fondateur
Ex-membre ~ Vétéran de la V1 ~ Eternel Inactif ~ Ancien Admin et Co-fondateur


Nombre de messages : 71
Age : 22
Avertissement : Quoi qu'est ce qu'elle a mon orthographe ?
Elements : Raïton
Points RP :
20 / 10020 / 100

Village : Suna
Date d'inscription : 02/07/2008

Feuille de personnage
Chakra:
10000/10000  (10000/10000)
Vie:
9000/9000  (9000/9000)

MessageSujet: Re: Présentation de Soy... * générique qui fait peur * >.<   Mer 16 Juil - 23:00

Je valide bon rp Razz (je lock)

_________________
Il paraît qu'on n'apprend pas à mourir en tuant les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vivepaco.skyrock.com/
Benihime
Ancien Admin. Il vous surveille toujours...
Ancien Admin. Il vous surveille toujours...


Nombre de messages : 796
Age : 27
Points RP :
0 / 1000 / 100

Date d'inscription : 30/01/2008

MessageSujet: Re: Présentation de Soy... * générique qui fait peur * >.<   Jeu 17 Juil - 9:08

Le mieux c'est d'ajouter le geste à la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présentation de Soy... * générique qui fait peur * >.<   Aujourd'hui à 6:52

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation de Soy... * générique qui fait peur * >.<
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Locki DeNero] Bonjour, j'ai la flemme de mettre un vrai titre a ma présentation mais a présent c'est fait.
» Présentation de certaines personnes !
» Présentation de la guilde sur JoL.
» Message de présentation & de recrutement
» [Blog] Présentation de Ackross (perso R.P.G)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kage Shinobi no RPG :: Archives diverses :: Présentations validées-
Sauter vers: